Covid-19 (Coronavirus-2019nCoV)

Libération - Deuxième vague : le conseil scientifique présente un « plan de protection rapprochée »

il y a 2 semaines, par Info santé sécu social

Par Nathalie Raulin — 4 juin 2020 à 19:11

Dans leur dernier avis, les experts suggèrent de mettre en place une série de protocoles à déclencher en cas de reprise de l’épidémie de Covid. Objectif : éviter un nouveau confinement généralisé.

Prévenir plutôt que guérir : dans son dernier avis mis en ligne sur le site du ministère de la Santé ce jeudi, les membres du comité scientifique invitent le gouvernement à bâtir dès à présent une riposte proportionnée en cas de deuxième vague Covid dans les prochains mois. Si deux semaines après la sortie du confinement, la circulation du virus leur paraît « limitée » et la situation sanitaire « contrôlée », l’avenir demeure, à les en croire, incertain.

Conscients qu’un nouveau confinement généralisé n’est « ni souhaitable » ni « probablement acceptable », les scientifiques suggèrent d’élaborer dès à présent un « plan de protection rapproché », baptisé P2R-Covid, de sorte à pouvoir, en l’absence de traitement ou de vaccin, apporter une réponse adaptée au futur niveau de gravité de l’épidémie.

Pour incarner son propos, le conseil identifie quatre scénarios d’une l’éventuelle deuxième vague. Le pire, à savoir une épidémie hors de contrôle, devant « absolument être évité ». Un objectif qui selon lui réclame « une préparation active de la part des autorités et de la société dans son ensemble ». Et une nécessité : pouvoir tabler sur « une gouvernance claire, opérationnelle et en partie territorialisée ». Façon polie de souligner que c’est actuellement loin d’être le cas. « Cette gouvernance devra inclure des compétences scientifiques et sanitaires, mais aussi interministérielles et plus largement institutionnelles », précise-t-il à toutes fins utiles.

Pour le comité, le « plan de protection rapproché » doit inclure sept « protocoles », comme autant d’outils à actionner suivant la gravité de la situation sanitaire locale. A savoir : le renforcement des mesures barrière et de distanciation, la mise en œuvre renforcée de la stratégie « tester, tracer, isoler », un plan de protection des Ehpad, une protection renforcée par confinement volontaire des personnes les plus vulnérables en raison de leur âge ou de leur état de santé, un plan destiné aux personnes les plus précaires ainsi qu’un ensemble de mesures à mettre en œuvre dans les métropoles, qui sont particulièrement exposées, notamment en Ile-de-France ; et un maintien en état d’alerte ou a minima de veille des établissements hospitaliers. Façon de rappeler à l’exécutif qu’une catastrophe peut en cacher une autre.

Nathalie Raulin