Covid-19 (Coronavirus-2019nCoV)

Libération - Le virus circule encore dans le monde

il y a 3 jours, par Info santé sécu social

Par Léa Masseguin

Les Etats-Unis, le Brésil et l’Inde extrêmement touchés, l’OMS « inquiète » pour l’Europe… Tour d’horizon.

« Tant que le Covid-19 circule, tout le monde est en danger », a prévenu jeudi le patron de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus.
« Ce n’est pas parce que le nombre de cas est faible là où vous vivez que vous pouvez baisser votre garde », a-t-il ajouté lors d’un point presse. Cet avertissement intervient alors que l’agence onusienne constate une flambée des cas après des rassemblements. Si le Covid-19 semble marquer le pas dans plusieurs régions du monde, l’épidémie continue de se propager à travers la planète, avec plus de 15 millions de cas signalés et près de 630 000 décès recensés jeudi. Selon l’OMS, la moitié de ces cas émane de seulement trois pays : les Etats-Unis, où le seuil des 4 millions vient d’être franchi, le Brésil (2,2 millions) et l’Inde (1,3 million).

C’est sur le continent américain, où plus de 8 millions de personnes ont été infectées, que la situation est le plus préoccupante.
Aux Etats-Unis, le million de cas supplémentaires en seulement deux semaines (contre un mois pour faire passer le seuil de contaminations de 2 à 3 millions) a conduit Donald Trump à reconnaître la gravité de la situation. « Cela va sûrement empirer avant de s’améliorer. Je n’aime pas dire ça mais c’est comme ça », a-t-il avoué avant de recommander, pour la première fois, le port du masque. Un appel qui n’a visiblement pas eu d’écho à Brasília, où le président, Jair Bolsonaro, testé positif au Covid-19 pour la troisième fois, a été aperçu jeudi en train de discuter, sans masque, avec des balayeurs aux abords de sa résidence. La veille, le Brésil enregistrait plus de 1 200 morts liés au virus, au deuxième rang mondial - après le Pérou - des pays les plus endeuillés pour cette journée.

La branche européenne de l’OMS s’est dite « inquiète », vendredi, de la résurgence du Covid-19 dans certains pays d’ Europe, où le seuil des 3 millions de cas vient d’être franchi.
Sous la menace d’une seconde vague, plusieurs pays du Vieux Continent durcissent le ton. Les habitants de l’agglomération de Barcelone (Espagne), de plusieurs quartiers de la région de Lisbonne (Portugal) ou encore de la ville de Leicester (Angleterre) sont ainsi appelés à rester chez eux. La Belgique, où le nombre de nouvelles infections a augmenté de 91% en une semaine, a décidé de rendre le masque obligatoire dans tous les lieux à forte fréquentation, y compris en extérieur. Le Royaume-Uni, qui détient le triste record européen de 45 000 décès, a lui aussi décidé d’imposer le port du masque dans les magasins et les supermarchés depuis jeudi.

En Afrique, où la pandémie est arrivée plus tardivement qu’ailleurs, le nombre de malades croît de manière exponentielle.
Et c’est l’Afrique du Sud qui suscite le plus d’inquiétudes. Une hausse de près de 60% du nombre total de décès naturels au cours des dernières semaines laisse penser que le nombre de morts du Covid-19 est en fait beaucoup plus élevé que ne l’indiquent les données officielles. « L’Afrique du Sud figure à la cinquième place dans le monde pour le nombre de cas confirmés, et abrite plus de la moitié de tous les cas en Afrique », a précisé le président du pays,

Cyril Ramaphosa.