L’Anticapitaliste Hebdo du NPA

NPA - Le confinement se prolonge… la violence du gouvernement aussi !

il y a 3 mois, par Info santé sécu social

Edouard Philippe a annoncé ce vendredi le prolongement du confinement jusqu’au 15 avril, félicitant au passage « l’unité et la solidarité des français » et promettant que le non-respect des règles serait sévèrement puni.

Cette annonce n’est pas vraiment une surprise puisque le conseil scientifique a préconisé un confinement jusque fin avril. La crise sanitaire a pris une ampleur inconnue depuis très longtemps.

Cependant, le confinement tel qu’il est envisagé par le pouvoir ne peut en aucune façon assurer la protection efficace de la population. Alors, que pour imposer des mesures drastiques dans les rues, au lieu de donner à la population les moyens d’assurer une distanciation sociale, il continue de refuser d’imposer la fermeture les secteurs non-essentiels de la production, pire il impose des mesures remettant en cause le droit du travail en protégeant les entreprises. Quant aux secteurs qui doivent continuer de tourner pendant cette épidémie, là aussi aucune protection pour les salariés que ce soit pour les soignants ou pour les caissières comme à Saint-Denis où une caissière vient de décéder des suites du COVID-19. Sans réorganisation de la production afin de produire selon nos besoins (masques, gels, dépistage, appareils respiratoires...), sans moyens pour la santé, le gouvernement ne fait que nous envoyer droit dans le mur.

Pendant ce temps-là, les mesures coercitives continuent de nous installer dans un état autoritaire. Les amendes sont données massivement puisque la semaine dernière, elles s’élevaient déjà à 1,4 million d’euros, pire en Seine-Saint-Denis, il y a aussi des mises en place de garde à vue pour « mise en danger d’autrui ». Ce sont comme d’habitude dans les quartiers populaires qu’est mise en place la plus forte répression, alors que l’on connaît la forte inégalité que provoquent plus que jamais le confinement : logement surpeuplé, insalubre, bruyant...

Mais au-delà de la crise sanitaire, celle-ci va bientôt se conjuguer avec la crise économique, et ce seront à nouveau des millions de travailleurs à travers le monde qui vont devoir la payer si nous ne changeons pas de type de société : une chose est certaine les gouvernements capitalistes feront tout pour nous la faire payer. Une seule solution : un plan d’urgence sanitaire et sociale maintenant et s’organiser pour changer la société dès demain !

Mimosa Effe