Luttes et mobilisations

Actu-soins - Le ministère promet différentes mesures en faveur des infirmiers

il y a 3 mois, par Info santé sécu social

Alors que deux délégations distinctes ont été reçues mardi après la manifestation parisienne (l’intersyndicale CGT, SUD, FO par la DGOS et le le mouvement infirmier par le cabinet de Marisol Touraine), le SNPI estime qu’après " l’attitude inqualifiable de Marisol Touraine suite aux cinq suicides infirmiers, c’est une reprise de dialogue avec le Cabinet".

Dans un communiqué diffusé à la presse, le syndicat se réjouit des annonces et des avancées promises pour la profession, mais il pointe aussi des insuffisances dans les réponses données.

Le bon...

A l’issue de la réunion, le syndicat explique avoir relevé "cinq avancées pour la profession infirmière".

Premier point concerne les futurs infirmiers de pratique avancée. Alors que depuis le mois de janvier (promulgation de la loi Santé qui a créé cette nouvelle filière infirmière) rien n’avait "avancé", les travaux sur la pratique avancée devraient s’ouvrir en décembre, avec les organisations infirmières. Ils conduiront à la construction du référentiel d’activités, de compétences et de formation.

La demande des IBODE et des puéricultrices concernant la réingéniérie de leur formation a également été entendue, relate le syndicat. Elle sera finalisée. Le Cabinet a également tranché en faveur d’un master pour ces spécialités, ce que demandaient de longue date les professionnels.

Le décret et l’arrêté réduisant l’exercice infirmier sur la vaccination à la grippe, pour les personnes âgées ou malades chroniques vont être abrogés pour permettre à l’infirmière, dans le cadre de son rôle autonome, d’exercer ses compétences auprès de l’ensemble de la population et des pathologies (à condition dans tous les cas qu’un médecin ait déjà prescrit une première vaccination).

Enfin, le décret d’actes et de prescriptions des dispositifs médicaux par les infirmiers devrait évoluer, et la liste des dispositifs médicaux pouvant être prescrits par les infirmiers serait complétée. "Cela répond à une forte attente, car le décret d’acte infirmier n’a pas évolué depuis 2002, contrairement aux techniques médicales, et il convient de sécuriser juridiquement les pratiques des 600.000 infirmières" explique le SNPI.

Et le moins bon

Alors que la ministre s’est engagée à présenter à la fin du mois de novembre aux infirmiers et à l’ensemble des professionnels de santé, une stratégie nationale qui déclinera des actions concrètes pour améliorer la qualité de vie au travail, en concertation avec les professionnels, le SNPI estime que cela est insuffisant.

"Cette réponse est un cautère sur une jambe de bois pour le syndicat infirmier. Le SNPI demande un moratoire sur les plans d’économies dans les hôpitaux, qui sont la cause de la souffrance au travail, des polyvalences imposées et de l’augmentation des charges de travail".

Pas de réponse non plus sur la prise en compte de la pénibilité (bonification d’un an tous les 10 ans pour la retraite, catégorie active), précise le syndicat.

Rédaction ActuSoins

Mobilisation infirmière du 8 novembre : les chiffres du SNPI

10.000 infirmières et étudiantes à Paris, de la gare Montparnasse au ministère de la Santé.
En régions, nombreuses manifestations devant les ARS : 2000 à Lyon, 1000 à Strasbourg, 900 à Clermont Ferrand, 800 à Bordeaux, 600 à Montpellier, 400 à Marseille, 250 à Rennes, etc.
Le taux de mobilisation est de 14,6% chez les infirmiers.