Luttes et mobilisations

Actu soins - Mobilisation de la filière infirmière le 8 novembre : 16 organisations ont appelé à la grève

il y a 5 mois, par Info santé sécu social

Les infirmiers de toutes les filières, spécialités et modes d’exercice ainsi que les étudiants en soins infirmiers sont appelés par seize organisations à se mobiliser le 8 novembre prochain pour dénoncer les conditions de travail des soignants. L’unité fera t-elle la force ?

Nous vous en parlions il y a une semaine : neuf des principales organisations infirmières avaient appelé à faire grève le 8 novembre. Depuis, huit autres se sont joints au mouvement. Avec 16 associations et syndicats mobilisés, c’est presque l’ensemble des différentes organisations infirmières qui appelle au mouvement.

Une profession en souffrance

Pénibilité non reconnue, discrimination salariale, manque de personnel, manque de concertation et non prise en compte de l’ensemble des compétences des infirmiers libéraux, défaut d’encadrement des étudiants : "les raisons de la grogne sont nombreuses, et l’injustice sociale s’ajoute à un manque de considération criant de la part du gouvernement" explique un communiqué commun des 16 organisations.

Fini les manifestations isolées des différentes filières ? "Non, chaque filière et chaque spécialité conservera des manifestations et des mobilisations propres à leurs revendications. Mais cette fois, il fallait vraiment créer une unité pour l’avenir de la profession et pour la sauvegarde d’un système de santé de qualité" explique Simon Taland, Secrétaire Général du SNIA (Syndicat National des Infirmiers Anesthésistes), annonçant d’emblée que, tout comme les infirmiers de l’éducation nationale (date prévue le 17/11), fin novembre, les infirmiers anesthésistes remettront ça (la date officielle de la mobilisation IADE sera annoncée prochainement).

Mais pour cette fois, le mot d’ordre est « Unité ». Les infirmiers des services hospitaliers, spécialisés ou non, marcheront main dans la main avec les libéraux. Les étudiants, via la Fnesi sont également invités à se joindre au mouvement.

"Les infirmiers sont peu entendus, voire ignorés dans la gestion et l’évolution du système de santé, alors qu’ils demeurent les professionnels de santé les plus nombreux de France et font pourtant face chaque jour à la réalité du terrain et à la dégradation des conditions d’exercice mettant en jeu la santé et la sécurité des soignants et des patients" explique le communiqué commun des organisations.

"A l’hôpital, le manque de personnel, de moyens, de temps et l’encadrement, déficient des étudiants, nuisent à la qualité des soins et à la prise en charge des patients, tandis qu’en libéral la concurrence des structures de soins, parfois déloyale et non coordonnées avec les libéraux, une nomenclature obsolète et un refus de prendre en compte toutes les compétences infirmières et la notion de temps imposée dasn les soins menace la profession" ajoute le communiqué.

Le point sur la situation

Lors de la Grande Conférence de la Santé du 11 février 2016, Manuel Valls s’était engagé sur plusieurs mesures visant à l’amélioration des conditions d’études, au développement des compétences des infirmiers ainsi qu’à la reconnaissance de celles-ci. Il rappelait alors l’importance du développement des pratiques avancées dans la loi de modernisation de notre système de santé.

"Huit mois après, ces engagements, pourtant programmés, se font encore attendre, faisant craindre à la profession qu’ils ne tombent aux oubliettes. Il devient urgent de s’engager dans un processus d’intégration universitaire allant de la licence au doctorat, de poursuivre la réingénierie des spécialités et de donner une traduction concrète aux avancées afin que les formations soient à la hauteur du service que les usagers de notre système de santé sont en droit d’attendre" poursuivent les organisations, unanimes.

Et de conclure : "la dégradation des conditions de travail et d’études entraîne un mal-être et une souffrance profonde de la profession dans son ensemble associée dans les établissements à une gestion des ressources humaines déplorable, sans aucun respect des soignants. Ces conditions ont hélas, poussé au suicide certain(e)s de nos consoeurs et confrères et étudiant(e)s et cela dans le mépris et l’indifférence générale du gouvernement tandis qu’en libéral, le ministère restait silencieux sur les agressions subies par les infirmières".

Sur les réseaux sociaux, de nombreux soignants s’expriment déjà avec le hashtag #soigneettaistoi.

Rédaction ActuSoins

L’appel des 16 organisations :

Les syndicats d’infirmiers salariés : CNI, SNICS, SNIES, SNPI

Les syndicats de libéraux : FNI, Convergence Infirmière, SNIIL et SNIPUERLIB

Les organisations professionnelles IADE (ANEIA, CEEIADE, SNIA), IBODE (AEEIBO, UNAIBODE) et Puéricultrice (ANPDE)

La fédération Nationale des Etudiants en Soins Infirmiers (Fnesi)

Une association d’infirmiers libéraux : UNIDEL