Dans le monde

Allo docteurs - Choléra en Haïti : l’ONU présente ses excuses

il y a 3 mois, par Info santé sécu social

"Au nom des Nations unies, je vais vous le dire très clairement : nous nous excusons auprès du peuple haïtien", a déclaré son secrétaire général Ban Ki-moon, successivement en créole, français et anglais, devant l’assemblée générale des Nations unies.

Malgré les excuses de l’ONU, l’organisation internationale maintient qu’elle n’a pas de responsabilité légale dans cette affaire.

"Nous n’avons tout simplement pas fait assez concernant l’épidémie de choléra et sa propagation", a-t-il ajouté. "Nous sommes profondément désolés pour notre rôle".

Selon de nombreux experts indépendants, le choléra a été introduit en Haïti par des Casques bleus népalais de la Mission de l’ONU sur place (Minustah) qui ont déversé leurs déchets dans une rivière.

Immunité diplomatique

Depuis le déclenchement de l’épidémie et les accusations contre leurs Casques bleus, les Nations unies ont toujours plaidé l’immunité diplomatique accordée à leurs missions. Celle-ci a été confirmée par des tribunaux américains, saisis par les avocats de victimes qui réclament des centaines de millions de dollars d’indemnités.

Lever l’immunité "mettrait en péril les opérations de maintien de la paix", a affirmé Jan Eliasson, vice-secrétaire général de l’ONU, en refusant "d’ouvrir les vannes".

Selon lui, les excuses de Ban Ki-moon "sont de véritables excuses", soulignant que le sécrétaire général "voulait [les formuler] avant de terminer son mandat" dans un mois.

Philip Alston, rapporteur spécial de l’ONU sur l’extrême pauvreté et les droits de l’homme, estimait récemment que la position de l’ONU était intenable et "affaiblissait sa crédibilité", dénonçant une "chape de silence".

Un plan d’action pour faire face à la crise

En août dernier, l’ONU avait reconnu pour la première fois son "implication dans le foyer initial" de l’épidémie et promis une "aide matérielle" aux Haïtiens. Ban Ki-moon a confirmé ce 1er décembre que deux programmes étaient prévus, chacun pour 200 millions de dollars.

L’un vise à intensifier la lutte contre l’épidémie, qui reprend de l’ampleur après le passage dévastateur de l’ouragan Matthew en octobre, et à améliorer les infrastructures sanitaires catastrophiques du pays - seul un quart des Haïtiens ont accès à des toilettes décentes et la moitié à de l’eau salubre. L’autre volet comprend des mesures pour aider en priorité les victimes du choléra et leurs familles. Il s’agit surtout de financer des projets en leur faveur menés par des communautés locales (soins de santé, micro-crédits, bourses d’études, etc.).

L’ONU a envisagé de verser directement de l’argent pour chaque décès. Mais il est difficile de recenser et d’identifier toutes les victimes directes du choléra faute de statistiques et de fiches d’état-civil fiables.

"L’approche communautaire est préférable" a estimé M. Eliasson. "Les versements individuels sont compliqués".

Les Nations unies ont déjà rassemblé 18 millions de dollars pour la lutte contre l’épidémie et 132 millions pour l’assainissement. Mais pour l’aide directe aux victimes, la récolte est jusqu’ici beaucoup plus maigre et les modalités encore floues.