La santé

Allo docteurs avec AFP - Quel est l’état de santé des Français en 2017 ?

12 mai, par Info santé sécu social

D’après le rapport de Santé Publique France publié ce 11 mai 2017, la santé des Français est globalement bonne, mais des inégalités persistent entre les régions et selon les professions. Les décès avant l’âge de 65 ans pourraient être pour davantage évités si la consommation de tabac et d’alcool diminuaient.

"Les Français sont globalement en bonne santé par rapport aux pays de niveau de richesse similaire", avec une espérance de vie de 85 ans pour les femmes et 78,9 pour les hommes, relève ce rapport de plus de 400 pages. Il est publié par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) et l’agence nationale Santé publique France.

En 2013, quelque 567.000 décès ont été enregistrés en France (métropole et outre-mer). Les cancers et les maladies cardio-vasculaires sont les causes les plus fréquentes (27,6 et 25,1%), suivis par les maladies respiratoires autres que les cancers (6,6%) et les morts violentes comme les accidents ou les suicides (6,5%).

Des morts évitables en réduisant les comportements à risque

Sur ce total de décès, 106.400 (18,8%) étaient des "morts prématurées", c’est-à-dire survenues avant 65 ans. Près d’un tiers (30%, soit environ 32.000) aurait pu être évité en réduisant les comportements à risques (tabagisme, consommation d’alcool, mais aussi conduite routière dangereuse et suicides).

Cette mortalité évitable est plus de trois fois supérieure chez les hommes (24.200) que chez les femmes (7.700).

Le rapport insiste par ailleurs sur les inégalités sociales en matière de santé. A 35 ans, un homme qui travaille comme cadre peut espérer vivre encore 49 ans, contre moins de 43 pour un homme ouvrier (53 et moins de 50 pour les femmes).

Encore de fortes disparités selon les régions

"L’espérance de vie est en moyenne plus élevée dans la moitié sud de la France métropolitaine, en Île-de-France et, pour l’outre-mer, en Martinique. Elle est en moyenne plus basse dans les Hauts-de-France et, pour l’outre-mer, à Mayotte et en Guyane", souligne le rapport. Les écarts entre régions peuvent aller jusqu’à quatre ans pour les hommes et deux ans pour les femmes en métropole, trois ans pour les hommes et six ans pour les femmes dans les départements et régions d’outre-mer.

Enfin, le rapport souligne que "la moitié des adultes est en surpoids", dont un sur six souffre d’obésité. "La consommation de fruits et légumes et l’activité physique restent insuffisantes", déplore le rapport.