Branche maladie de la sécurité sociale

Annuaire sécu - Nicolas Revel, interviewé par Les Echos : « Nous allons ouvrir des dizaines de millions de dossiers médicaux partagés »

il y a 3 mois, par Info santé sécu social

Interviewé par "Les Echos", le directeur général de la CNAMTS précise que les communications devront être sécurisées. La Haute autorité de santé, que la ministre de la santé a saisie, sera amenée à en préciser les conditions. "Après la négociation en cours avec les médecins, nous déclinerons la télémédecine dans les conventions des autres professions de santé", prévient Nicolas Revel qui confirme que les offres des sociétés qui se sont lancées dans le business de la téléconsultation seront bien exclues de la prise en charge par l’Assurance maladie. "Elles pourront toujours être financées au premier euro par des complémentaires santé, mais elles ont vocation dès lors à occuper une place marginale". Ce qui n’empêche pas le Conseil national de l’Ordre des médecins, dans une prise de position rendue publique le 14 février, de s’inquiéter du développement des plateformes de téléconsultation des organismes complémentaires santé et d’opérateurs privés et de demander plus de réglementation.

Quant au DMP, après quatorze ans d’errances, il sera enfin généralisé à l’automne prochain à tous les départements et à tous les assurés sociaux. "Dans seulement neuf caisses primaires pilotes, nous en avons ouvert 400 000 nouveaux en un an, et avons ainsi franchi le cap du million. L’objectif est d’aller très vite et d’ouvrir, d’ici quatre ou cinq ans, plusieurs dizaines de millions de DMP avec des données abondantes et fréquemment actualisées", annonce Nicolas Revel. Dès qu’un dossier est ouvert, il est d’emblée alimenté avec deux années de consommation de soins : les médicaments remboursés, les médecins consultés, le recours aux autres professions de soins, les examens réalisés... La loi prévoit aussi que les établissements de santé transfèrent les comptes rendus d’hospitalisation. Les médecins généralistes sont incités financièrement à remplir des volets de synthèse médicaux qui ont vocation à alimenter le DMP, de même que les résultats d’analyse transmis par les laboratoires de biologie. Les assurés pourront créer directement leur dossier en ligne d’ici la fin de l’année. Il pourront accéder à leur DMP à partir d’une application mobile sous iOS et Android qui sera accessible à tous dès cet automne et permettra à chacun d’alimenter son dossier avec ses données.