Luttes et mobilisations

EHPAD : Appel intersyndical pour le 30 janvier

il y a 2 mois, par infosecusanté

Fédérations CGT FO SUD CFDT UNSA CFE-CGC CFTC

Tous en grève le 30 janvier 2018 pour l’augmentation des effectifs gage de l’amélioration de la prise en charge des résidents

Les sept organisations syndicales signataires, avec l’AD-PA se sont réunies le 9
janvier 2018. Elles ont adopté le communiqué suivant.

Le 30 janvier 2018, les organisations syndicales CGT, CFDT, FO, SUD, UNSA,
CFTC et CFE-CGC, appellent les salariés des Établissements d’Hébergements
pour Personnes âgées dépendantes (EHPAD), ainsi que ceux des soins à domicile,
à se mettre en grève et à manifester.

L’association des directeurs de services à domicile et d’établissements pour
personnes âgées (AD-PA) soutient largement ce mouvement. De leur côté, neuf
associations et unions confédérales de retraités apportent aussi leur soutien à cette
initiative d’ampleur nationale.

Depuis plusieurs années, les organisations syndicales dénoncent l’insuffisance des
effectifs et des moyens, personne ne le conteste, encore moins la mission
parlementaire IBORRA, qui l’a relevée dans ses conclusions.

À cela s’ajoute une nouvelle réforme de la tarification, unanimement contestée, qui
va se traduire par des suppressions massives de postes et une prise en charge des
résidents qui sera encore plus dégradée.

Après la catastrophe sanitaire liée à la canicule de 2003, la réponse du
gouvernement avait été d’imposer à tous les salariés de travailler le lundi de la
Pentecôte, sans qu’aucune étude de besoins réels sur les structures n’ait été
menée.

En 2006, le « Plan Solidarité Grand Age » préconisait qu’au plus tard en 2012, les
effectifs devaient être renforcés par la mise en place d’un ratio de « un agent pour
un résident ». Cela n’a jamais été mis en application.

Face à une situation qui ne cesse de se détériorer, tant pour les personnes âgées
prises en charge que pour le personnel de ces établissements dont les conditions
de travail se sont considérablement dégradées, il n’y a pas d’autre issue que le
rapport de force pour faire entendre nos revendications.

Le président de la République interpelé sur cette question refuse de recevoir les
organisations syndicales et la ministre de la Santé, après avoir déclaré que les
difficultés des EHPAD « n’étaient pas qu’une question financière, mais un problème
de management, notamment dans les établissements publics », ne propose qu’un
groupe de réflexion sur la qualité de vie au travail (QVT) !