Tracts du NPA

Bulletin secteur santé du NPA Octobre 2016

il y a 5 mois, par infosecusanté
Documents joints :

Edito :

Hollande et Touraine "bouchent le trou" de la Sécu sur le dos des malades et des hospitaliers Tous et toutes en grève le 8 Novembre 2016

Fin du "trou de la Sécu ", miracle ou arnaque ?

C’est une vieille arnaque qu’utilisent aujourd’hui Hollande et le gouvernement : Pendant qu’à un coin de rue, un escroc occupe le public avec un tour de magie bidon, ses comparses passent dans la foule et subtilisent discrètement les montres et les portefeuilles.

Pendant que Touraine, fait magiquement disparaitre le "trou de la sécu", le gouvernement "fait les poches" des assurés sociaux et le MEDEF récupère le butin. C’est ce qu’ils appellent avoir "sauvé la Sécu". Mais les ficelles sont un peu grosses.
Le "retour à l’équilibre" des comptes de la Sécurité sociale, c’est
• la baisse des pensions,
• le recul de l’âge de départ en retraite
• la réduction des allocations familiales
• de nouvelles attaques contre les malades et l’hôpital public.
Quant au patronat : il touche le Jackpot. Sans avoir créé le moindre emploi, il récupère chaque année 30 milliards d’exonération de cotisations sur le dos des assurés sociaux.

Nouveau tour de vis sur la santé et l’Hôpital

En 2016 les coupes budgétaires sur la santé avaient été de 3,5 milliards d€, elles seront de 4 milliards en 2017. Pour les seuls hôpitaux, les restrictions avaient été de 690 millions d€ en 2016 . Elles doivent être de 845 millions en 2017. Seuls les "bons élèves", ceux qui se regrouperont sagement dans les "Groupements Hospitaliers de Territoires" pour restructurer, regrouper, fermer des lits et des services auront droit à un "bonus".

Même les directeurs d’hôpitaux, s’inquiètent. Par la voix de la FHF, leur fédération, ils dénoncent le transfert du déficit de la Sécurité sociale sur les hôpitaux, qui seront contraints de vendre leur patrimoine pour assurer leur fonctionnement (voir article sur Toulouse). Les fonds de la formation continue sont eux aussi mise à contribution pour faire semblant de combler le déficit de l’Assurance Maladie

ChacunE le sait, à l’hôpital, la vraie "variable d’ajustement" ce sont les personnels. C’est donc un nouveau tour de vis qui s’annonce pour 2017, avec de nouvelles réduction d’effectifs, toujours plus d’emplois précaires, et bien sûr le blocage des salaires.
Les salariés des cliniques privées commerciales, ne sont pas mieux lotis, c’est dans leurs effectifs que les directions vont tailler pour garantir les profits des actionnaires.
Quant au secteur sanitaire, social et médico social associatif ou mutualiste, il s’aligne de plus en plus sur le privé lucratif.
Dans le public et le privé, c’est partout le même management inhumain qui s’installe
conditions de travail dégradées, horaires impossibles, suppressions de RTT, mobilité imposée et polyvalence. il faut être toujours plus disponibles, toujours plus rentables, pour faire un travail qui perd son sens. Tout cela pour les mêmes salaires de misère.
Comment s’étonner que la souffrance au travail se généralise, et que les suicides se multiplient ?

N’attendons pas les élections : prenons nos affaires en main.

S’il n’y a rien à attendre de ce gouvernement. Il n’y a pas davantage à attendre de la droite et l’extrême droite qui prétendent le remplacer. Ils annoncent la même politique.... mais en pire.

La seule solution c’est de prendre dès aujourd’hui nos affaires en main. pour imposer
• les recrutement nécessaires, augmenter réellement nos salaires, en finir avec le "management d’entreprise", et le stress insupportable.
• Un service public de santé au service des malades et respectueux de ses salariés.

TOUS ET TOUTES EN GREVE LE 8 NOVEMBRE.

Le 8 Novembre prochain, les fédérations de la santé CGT SUD et FO appellent à une journée nationale de grève et de manifestations . C’est l’occasion de coordonner les luttes qui se développent dans toutes les régions.
Encore faut il que cette journée ne soit pas sans suite. Le but n’est pas simplement de montrer la colère, c’est de gagner, et pour cela de mener le mener le combat jusqu’à son succès, en nous organisant ensemble, syndiqués, non syndiqués pour décider et contrôler notre lutte.

Documents joints :