L’hôpital

CGT du CHU de Toulouse - Réaction pitoyable de la direction au reportage d’envoyé spécial

il y a 2 mois, par Info santé sécu social

Comme nous l’avions prévu, la direction du CHU de Toulouse ne s’est pas remise en question depuis le reportage d’envoyé spécial “hôpitaux public, la loi du marché” alors que beaucoup d’agents de l’Hôpital se sont reconnus dans le reportage et ont bien compris que ce n’était pas le service public qui était attaqué mais tous les sabotages du service public menés par le management, les banques et l’état. Bien au contraire ! La communication de la direction tente de disqualifier le reportage en le regardant par le petit bout de la lorgnette mais surtout en ne répondant pas sur le fond.

Nous constatons que le CHU n’a pas attaqué en diffamation Envoyé Spécial, car, bien sûr, il ne le peut pas, tellement le travail journalistique est documenté de preuves irréfutables. Faute de mieux, la direction attaque sur des détails et entretien la désinformation :

Le Dr Giron est à la retraite et met mal à l’aise ses collègues : Passons sur le mépris de la direction du CHU pour un de ces éminents représentants… Le Dr Giron a fait valoir ses droits à la retraite au CHU en 2015 et continue des vacations pour aider l’hôpital de montauban mais surtout est saisi par le CHSCT comme expert sur l’amiante et participe au Staff de pneumologie au CHU de Toulouse tous les mardis à l’Hôpital Larrey (ce qui explique pourquoi il a encore une blouse). Il était bien présent à la réunion sur le lean management, (la preuve ici ) ce qui était l’objet de son apparition dans le reportage.

Il n’y a pas de chambres de 3 lits en gériatrie : Sur le papier c’est vrai mais ponctuellement cela peut arriver. On prendra toujours en compte la parole d’une infirmière sur le terrain plutôt que celle de la direction déconnectée du terrain…

L’expert Jean Claude Vaslet a été licencié de ses précédents cabinets d’expertises : Et alors !!! Il continue de travailler dans un cabinet agréé par le ministère du travail (cabinet CADECO) ce qui prouve bien que ses compétences n’étaient pas en cause.

La CGT profite d’évènements dramatiques pour mobiliser : Et si c’était l’inverse… La CGT tente de mobiliser le personnel parce que des évènements dramatiques (voir signalements d’évènements indésirables, accidents de travail, se sont produits ! C’est ça, le rôle d’un syndicat.

Les journalistes d’Envoyé Spécial sont de mauvais journalistes, Au Point ce sont des bons : On a la faiblesse de penser qu’une émission du service public menée par Elise Lucet a plus de valeur déontologique qu’un journal appartenant au milliardaire François Pinault… Mais ça ne tient qu’à nous…

La CGT s’oppose à la modernisation des organisations de service : Si la modernisation c’est “faire plus avec moins”, “auto-remplacement”, “rentabilité”, “productivité”, “polyvalence sans formation”, “déshumanisation” alors oui, la CGT s’oppose à cette marchandisation de l’hôpital.

Les 4 suicides au CHU de Toulouse ne sont pas liés au travail : Nous avons mandaté un cabinet d’expertise Addhoc pour analyser toutes les situations à forte suspicion de lien avec le travail (une a été reconnue en accident de travail), l’expertise n’est pas terminée mais la direction a déjà décidé que ce n’était pas en lien avec le travail… La direction meilleure que les experts !

La CGT veut déstabiliser l’hôpital alors que le droit syndical est respecté : Tout le monde connaît la lutte de la CGT avec les personnels contre le sous effectif (voir conflits récents) et pourtant 9 de nos camarades au CHSCT ont reçu des blâmes, mise en gardes pour avoir mener leurs missions, une membre de la CGT du bloc de l’hôpital des enfants a été mutée arbitrairement à Rangueil… Oui, l’arbitraire règne au CHU de Toulouse.
 
Nous préparons une grande mobilisation des hospitaliers contre la tarification à l’acte et pour l’annulation de la dette auprès des banques du CHU de Toulouse qui cette année s’élève à 60 millions d’euros, c’est à dire l’équivalent de 1500 postes d’hospitaliers !!! Patrick Pelloux, en citant le toulousain Bernard Maris, a lancé cette proposition d’annulation des dettes de tous les hôpitaux pour pouvoir humaniser les organisations de travail : c’est ça la vrai modernité !