Luttes et mobilisations

Site de la Fédération CGT Santé-Action sociale - Grève à l’hôpital de Toulouse : une grosse manifestation prévue lundi par le personnel

il y a 3 semaines, par Info santé sécu social

Suite à la réunion de négociations qui s’est tenue jeudi 18 janvier 2018 avec la direction, les grévistes du CHU de Toulouse prévoient une manifestation lundi 22 janvier 2018.

Ils sont en grève depuis lundi 15 janvier 2018. Une partie des personnels de douze services répartis dans le pôle inflammation, infection, immunologie et locomoteur (I3LM) de l’hôpital Pierre-Paul Riquet, à Toulouse, ne décolère pas.

« Des conditions de travail dégradées »
Le personnel gréviste dénonce une « dégradation de leurs conditions de travail et un manque d’effectif suite au déménagement à l’hôpital Pierre-Paul Riquet ». La CGT s’inquiète notamment de la volonté de la direction d’imposer une mutualisation ainsi qu’une réorganisation du pôle I3LM et de ses conséquences.

Mettant en avant une « réelle souffrance éthique des soignants », les grévistes réclament l’embauche de dix personnes à temps plein (six infirmiers et quatre aide-soignants) et huit équivalents temps plein pour assurer les remplacements.

Manifestation devant l’Hôtel-Dieu dès 7h lundi
Une réunion s’est tenue entre les représentants du personnel gréviste et la direction du CHU jeudi 18 janvier 2018, mais « il n’y a eu aucune avancée », explique Sylvie Delort, déléguée CGT, à Actu Toulouse. C’est pourquoi, les grévistes du pôle I3LM vont se rassembler lundi 22 janvier 2018 à partir de 7 heures devant l’Hôtel-Dieu où sont les bureaux de la direction de l’hôpital, afin de manifester leur mécontentement.

Les propositions de l’hôpital
Face aux revendications du personnel gréviste, la direction de ressources humaines de l’hôpital annonce avoir fait des propositions concernant les situations d’absentéisme, dont « un réajustement des effectifs pour renforcer les moyens du pool de remplacement ». Les modalités concernant les absences et remplacements doivent également être adaptées « pour assurer la continuité des soins ».

Le CHU précise également que « durant la grève, la continuité du service public est organisée de manière à répondre aux besoins de santé de la population, en ayant recours à des assignations de personnels grévistes ». Et s’offusque : « quand la CGT incite aux refus de ces assignations par des consignes, ce sont les professionnels de santé non-grévistes, la continuité du service public et la qualité des soins dispensée aux personnes malades que la CGT malmène ».

La réponse ferme du CHU
L’hôpital rappelle néanmoins « qu’il est très attaché au respect du droit de grève et qu’il souhaite un dialogue social constructif, loyal et respectueux de tous les professionnels ».

Cependant, le CHU « n’autorise pas que l’accès aux sites hospitaliers soit entravé ou interdit à quelque personne que ce soit » lors de la manifestation prévue par la CGT. Et précise qu’il « prendra toutes les décisions garantissant le libre accès aux sites, pour assurer la continuité du service public et défendre l’accessibilité aux services hospitaliers pour tout usager ».