L’Anticapitaliste Hebdo du NPA

Hebdo L’Anticapitaliste - 366 (12/01/2016) - Polyclinique de l’ormeau Tarbes (65) : Les larmes de la victoire

il y a 1 mois, par Info santé sécu social

Intense émotion ce mardi 10 janvier à la Bourse du travail de Tarbes, où se tenait l’assemblée générale des grévistes. Celles-ci ont voté la fin du conflit, actant leur victoire face au géant Médipole Partenaires (voir l’Anticapitaliste n°362)...

Durant les 60 jours qu’aura duré la grève se sont succédé espoirs et désillusions, face à toutes les manœuvres de la direction et des pouvoirs publics qui comptaient sur la fatigue des salariées. Mais ils se sont lourdement trompés.

Ils ne s’attendaient pas à rencontrer la détermination et la combativité de ces femmes (et de quelques hommes) qui ont fait preuve d’un courage exemplaire. Il aura donc fallu attendre la neuvième semaine de grève pour arriver à percer, un peu, le mur médiatique national. C’est déjà une première leçon que les salariées pourront tirer : les médias dominants sont aux mains du capital et leur faire parler d’une lutte fait partie de la construction du rapport de forces.

Exemplaire

Au cours de ces longues et intenses semaines, d’autres leçons ont été apprises... Les « forces de l’ordre », rencontrées à la gare de Toulouse ou devant les cliniques de Bordeaux, servent surtout à défendre les intérêts de ceux qui nous exploitent en permanence. Les politiciens locaux, président du Conseil départemental en tête, ne servent pas à grand-chose (pour ne pas dire à rien) lorsqu’il s’agit de défendre véritablement la population, les salariéEs et les usagerEs. Et seule la auront fait preuve durant ces 60 jours qui ont tout changé, pour elles et pour le climat social des Hautes-Pyrénées.

Leur exemple servira dans les semaines, mois et années qui viennent, car les attaques contre nos salaires et nos conditions de travail vont s’accroître et la riposte devra être à la hauteur. Les grévistes ont fait plier le genou à un groupe géant, Médipole Partenaires, dont le capital est détenu par le fonds d’investissement Bridgepoint. Celui-ci a lutte paie : la victoire, aussi limitée soit-elle, est bien le résultat de la détermination, de l’opiniâtreté, du courage, de la patience, dont elles enregistré un chiffre d’affaires en progression constante : 838 millions en 2014, 866 millions en 2015, une marge de 21,2 % en 2015. Sur le 1er trimestre 2016, le CA progressait de 4 % , avec une marge de 22 %. Comme le disent ses dirigeants eux-mêmes, répondre aux revendications n’était « pas une question de moyens »... C’était donc une question de profits !

Correspondant