L’hôpital

Infirmiers.com - A la télé - Hôpital public, la loi du marché

il y a 2 semaines, par Info santé sécu social

Le magazine d’investigation Envoyé Spécial, toujours au plus près de l’actualité qui bouleverse le monde, s’intéresse ce soir jeudi 7 septembre 2017 à ce qu’est devenu aujourd’hui l’hôpital public : une entreprise qui subit elle aussi la loi du marché. A voir sur France 2 à 20h55... Cela devrait parler à tous les acteurs du soin !

Une enquête de Julie Pichot dans des établissements où la pression économique menace la mission même de l’hôpital public.

Productivité ! Rentabilité ! Management ! Equilibre budgétaire ! Ces règles d’or de l’entreprise privée s’appliquent désormais… à l’hôpital public. Pour combler le déficit de la Sécurité sociale (6,1 milliards d’euros cette année), l’Etat impose aux médecins, infirmières, aides-soignants, directeurs, ces nouvelles méthodes de gestion.

A ce chef de service en réanimation, on demande, comme à un cadre du privé, de faire mieux avec moins de personnel et du matériel vieillissant. Ces infirmières, comme des ouvrières à la chaîne, doivent consacrer un temps calculé et limité à la toilette de leurs patients. Le directeur de cet hôpital, tel un patron de PME, tente lui de convaincre les banques de lui prêter de l’argent pour ne pas mettre la clé sous la porte !

Cette transformation radicale ne va pas sans casse. Manifestations, grèves, services surchargés, personnel surmené et déprimé. Jusqu’au suicide ou à l’erreur médicale. Des petits hôpitaux de région jusqu’aux CHU les plus réputés, des urgences du quotidien aux services de pointe, Julie Pichot a mené l’enquête dans des établissements où la pression économique menace la mission même de l’hôpital public.

Douze toilettes en deux heures quarante-cinq : une infirmière témoigne de la deshumanisation…

Car la toilette d’un patient hospitalisé est un acte chronométré, à accomplir en treize minutes et deux gants maximum. Douze toilettes en deux heures quarante-cinq, c’est la norme exigée pour les infirmières. Irréalisable sur des personnes à mobilité réduite, par exemple. Sous pression, le personnel soignant devient involontairement maltraitant. La jeune femme avoue qu’il lui est arrivé de déraper, de prononcer des mots qu’elle a regrettés. “J’étais tellement débordée que… je me suis rendu compte après coup que j’ai été violente. Vraiment, c’est détruire les gens”. Paradoxe, conclut-elle, “au moment où on essaie d’humaniser les robots, on nous robotise, nous”.

• « Hôpital public, la loi du marché », une enquête de Julie Pichot, Production CAT&Cie, jeudi 7 septembre 2017, Envoyé Spécial, présentation Elise Lucet, France 2, 20h55.
Creative Commons License

Rédaction d’Infirmiers.com

avec le service de presse de France 2 francetvpro.fr