L’industrie pharmaceutique

L’Obs : Maladie de Lyme : une plainte bientôt déposée pour "conflit d’intérêt"

il y a 2 mois, par infosecusanté

Maladie de Lyme : une plainte bientôt déposée pour "conflit d’intérêt"


INFO OBS. Une centaine de malades vont déposer plainte au parquet de Paris contre le Centre national de référence de cette pathologie, les deux dernières ministres de la Santé et l’ANSM.

Par Emmanuelle Anizon et Elodie Lepage
Publié le 19 décembre 2017

Selon nos informations, une plainte pénale va être déposée au parquet de Paris début janvier par une centaine de malades de Lyme contre les deux dernières ministres de la santé, Marisol Touraine et Agnès Buzyn, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) et le Centre national de Référence des Borrelia (CNR), spécialiste de cette pathologie.

Les malades portent plainte pour "violation du principe d’indépendance des experts, conflit d’intérêt, abus de biens sociaux, recel d’abus de biens sociaux, trafic d’influence, mise en danger volontaire d’autrui ". Depuis des années, les associations demandent que soit reconnue la forme chronique de cette maladie très invalidante, et dénoncent la non fiabilité des tests de diagnostic, notamment le test Elisa utilisé en première intention. En octobre 2016, les deux avocats des malades, Me Julien Fouray et Me Catherine Faivre, avaient d’ailleurs déjà assigné en responsabilité civile les six laboratoires qui commercialisent ces tests, dont BioMérieux et Diasorin qui concentrent les trois quarts des plaintes. "On espère qu’elles pourront être plaidées en juin 2018", précisent les avocats.

"Négligence de l’Etat"

Avec cette nouvelle plainte, une étape est franchie : "On a découvert que le Centre national de référence collaborait étroitement avec les laboratoires fabriquant les tests, poursuivent-ils. Son directeur, Benoît Jaulhac, a préfacé des plaquettes commerciales BioMérieux sur la borréliose de Lyme (diagnostic et prise en charge) alors qu’il est censé être indépendant ! Et c’est encore lui qu’on retrouve aujourd’hui chargé, dans le cadre du PNDS [le groupe de travail mandaté par le ministère de la Santé sur la maladie de Lyme, NDLR] de l’évaluation de ces tests… dont on attend toujours les résultats, un an après. "

La plainte met également en cause l’ANSM qui, elle aussi chargée d’une évaluation des tests depuis 2012, a interrogé comme expert le même Benoît Jaulhac. Elle pointe enfin la responsabilité des deux dernières ministres de la Santé. "Marisol Touraine et Agnès Buzyn ont toutes les deux renouvelé par arrêté ministériel Benoît Jaulhac à la direction du CNR pour cinq ans. Cette décision pose la question de la négligence de l’Etat, voire sa responsabilité pénale ", estiment les avocats.

Contacté par "l’Obs", Benoît Jaulhac n’a pas encore répondu à nos sollicitations.