Environnement et facteurs dégradant la santé

L’association "Alerte des médecins pour les pesticides" appelle tous les citoyens à interpeller le Directeur Général de la Santé

6 mars, par Info santé sécu social

L’AMLP appelle tous les citoyens à interpeller le Directeur Général de la Santé (DGS) : un dossier urgent de Santé Publique est en sommeil dans un tiroir du Ministère.

Monsieur le Directeur Général de la Santé, tenez vos promesses !

Alors que les préoccupations sociétales concernant les effets sanitaires des pesticides n’ont jamais été aussi fortes, deux études scientifiques, actées par la Direction Générale de la Santé à la demande d’Alerte Médecins Pesticides, semblent passées aux oubliettes…

L’une, épidémiologique, aurait permis de dire s’il existe un excès de cancers pédiatriques en zone viticole à l’échelle française, les cancers étant, avec les maladies neurologiques et les pathologies liées aux perturbateurs endocriniens, l’un des effets redoutés des pesticides chez les enfants.

L’autre, dite de biosurveillance, c’est-à-dire recherchant la présence de pesticides dans diverses matrices biologiques (sang, cheveux, urines) chez des riverains de zones viticoles et arboricoles, permettrait de renseigner sur la réalité de l’exposition actuelle mais aussi, couplée à des mesures dans l’environnement, de préciser les voies d’exposition.

C’est donc toute la politique de prévention qui en dépend ! Ces études sont cruciales pour que que les directives et règlements aillent dans le bon sens, celui de la santé humaine !

Ces deux études permettraient notamment de pouvoir mieux évaluer le risque auquel sont exposés les enfants de communes viticoles. Dans une de ces communes, Preignac, l’INVS a en effet constaté une sur-incidence de tumeurs cérébrales et d’hémopathies, ce qui a amené Alerte Médecins Pesticides à demander à la Direction Générale de la Santé de mettre en place ces recherches.

Ces études auraient dû être mises en œuvre fin 2016 et au plus tard début 2017. Or, malgré l’interpellation de l’Alerte Médecins Pesticides début janvier 2017, la Direction Générale de la Santé est restée silencieuse. Ceci nous fait craindre que ces projets de recherche n’entrent plus dans les priorités actuelles du Ministère. Dans une période où l’on constate un certain nombre de mouvements dans les cabinets ministériels, mais aussi des inquiétudes pour les lendemains d’une toute proche élection présidentielle (inquiétudes que nous partageons), nous demandons à la Direction Générale de la Santé de bien vouloir réunir les comités scientifique et de suivi au plus vite.

Monsieur le Directeur Général de la Santé, donnez enfin les moyens nécessaires à la protection de la santé contre les risques liés aux pesticides !