Les retraites

La Tribune - Île-de-France : 4.000 nouveaux retraités en attente de leurs pensions

il y a 1 mois, par Info santé sécu social

La caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav) d’Ile-de-France peine à traiter tous les dossiers de demande de retraite qu’’elle reçoit, ce qui entraîne un retard de versements des pensions pour 4.400 personnes.

Plus de 4.000 nouveaux retraités sont touchés par des retards de versement de leur pension en Île-de-France, selon des chiffres communiqués jeudi par le ministère des Solidarité. Ces retards seraient dus, selon les syndicats, au manque de moyens alloués au traitement des dossiers.

La Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav) d’Ile de France "accuse un retard d’à peu près 4.400 dossiers au 31 juillet" a indiqué le ministère à l’AFP. "Pour le mois de juin payable début juillet, c’est 11,7% des droits qui n’ont pas pu être payés à l’échéance", a-t-on ajouté de même source. L’essentiel de ces dossiers sont "régularisés le mois suivant", sauf s’il manque des pièces justificatives ou si les dossiers ont "été déposés moins de trois mois avant le départ en retraite", précise le ministère.

Mercredi, la CGT s’était inquiétée dans L’Humanité de l’accumulation des retards en Île-de-France, faisant état de 20.000 dossiers "en attente de contrôle". Contesté par la direction de la Cnav, ce chiffre comprend à la fois les dossiers avec "des points de départ [à la retraite] dépassés" et ceux avec "un point de départ proche", avec des retards de paiement avérés ou des risques de retard, explique à l’AFP Alexandre Tétard,
113 jours pour traiter un dossier
délégué CGT.

D’après le ministère, le délai moyen de traitement des dossiers, d’ordinaire de 90 jours, s’est dégradé ces derniers mois : il était de 107 jours en avril à 113 en juillet, avec un pic à 115 en mai. En cause, selon la Cnav, une meilleure anticipation des usagers pour leurs départs en retraite mais aussi une "inquiétude vis-à-vis des réformes" prévues, notamment en période électorale.

Des explications qui ne tiennent pas, selon Alexandre Tétard. "Tous les trois, quatre ans, on a une réduction d’à peu près 10% de nos effectifs", dénonce-t-il, pointant un "problème de moyens", tout comme l’Unsa.

Le ministère souligne de son côté les "mesures prises" pour améliorer les conditions de versement des pensions de retraite :
•recours à "l’entraide entre les caisses régionales",
•embauches de CDD
•liquidations provisoires (versement d’une pension sans calcul des droits dans le détail, dans l’attente d’un réajustement ultérieur) pour les personnes en détresse financière.

Un droit opposable à la retraite est en vigueur depuis septembre 2015 : les retraités peuvent bénéficier d’un versement garanti le mois suivant leur départ s’ils ont déposé un dossier complet au moins quatre mois avant. Une mesure prise à la suite des lourds retards observés pour plusieurs milliers de nouveaux retraités de Nord-Picardie et du Languedoc-Roussillon en 2014, parfois sans ressources pendant des mois.

"On n’en est pas encore là", concède Alexandre Tétard. "C’est pour ça qu’on tire la sonnette d’alarme", ajoute-t-il. "La situation n’est pas inquiétante pour les assurés mais elle est extrêmement tendue", déclare de son côté le président du conseil d’administration de la Cnav, Gérard Rivière (FO), évoquant notamment un "pic générationnel". D’autres caisses sont concernées, comme en Normandie "il y a quelques semaines".

(avec AFP)