L’industrie pharmaceutique

La Tribune - Pourquoi Médecins sans frontières refuse un million de vaccins offerts par Pfizer

Octobre 2016, par Info santé sécu social

Par Jean-Yves Paillé

Médecins sans frontières refuse les vaccins gratuits de Pfizer contre la pneumonie, une maladie qui tue près d’un million d’enfants par an. Selon l’ONG, c’est un prétexte pour que le laboratoire pharmaceutique ne baisse pas le prix de son traitement phare. Une nouvelle étape dans le bras de fer opposant l’ONG au géant pharmaceutique.

Une décision radicale pour maintenir la pression sur le prix des vaccins contre la pneumonie. Dans une publication intitulée "Pourquoi nous rejetons le don de vaccins de Pfizer ?", Médecins sans frontières annonce qu’il refuse un don proposé par Pfizer d’un million de vaccins gratuits contre la pathologie, dont 100.000 mis directement à disposition.

Jason Cone, le directeur exécutif de Médecins sans frontières (MSF) aux Etats-Unis estime que ce type de donation est une excuse pour que le géant pharmaceutique américain maintienne ses prix élevés ou les augmente ailleurs. Autre argument économique évoqué par MSF : les donations pourraient créer une forme de dumping en décourageant les autres sociétés pharmaceutiques d’entrer sur le marché, ce qui signifie moins de compétition, donc moins de pression sur les prix.

Une bataille enclenchée en 2008

Cette guerre contre les prix des vaccins destinés à prévenir la pneumonie a été enclenchée en 2008. Cette année-là, MSF entre en négociations avec Pfizer et GSK pour que ces derniers vendent leurs vaccins contre la maladie au plus bas prix possible. Les deux laboratoires préfèrent proposer des vaccins gratuits, mais l’ONG refuse, mettant en avant une politique stricte : "Nous n’acceptons pas de dons venant des industries de l’armement, du pétrole, des laboratoires pharmaceutiques".

2014, Médecins sans frontières cède partiellement

En 2014, l’ONG déroge partiellement à sa ligne. Elle accepte une donation de GSK et Pfizer après plusieurs années de négociations sans obtenir une baisse significative des prix. Mais l’ONG évoque la situation d’urgence (la pneumonie a tué 922.000 enfants en 2013) pour justifier son changement partiel de ligne, sans abandonner sa lutte contre les prix élevés.

GSK et Pfizer ont "déjà gagné des milliards de dollars avec ce vaccin dans les pays développés"

En janvier 2015, Médecins sans frontières demande à Pfizer et GSK de faire passer les prix de leurs vaccins contre la pneumonie à cinq dollars la dose pour les pays pauvres et ceux en voie de développement. L’ONG fixe ces prix, jugeant que les deux laboratoires pharmaceutiques ont "déjà gagné des milliards de dollars avec ce vaccin dans les pays développés".

Pfizer et GSK avancent quant à eux avoir offert de généreuses remises pour des vaccins ayant requis des investissements conséquents. La société britannique évoquait en 2010 des millions de doses dont les prix avaient été baissés.

Insuffisant pour MSF qui réclame une baisse de prix générale. L’ONG estime que les traitements des deux géants pharmaceutiques coûtent 68 fois plus chers en 2014 qu’en 2001, et assure que l’augmentation des prix des vaccins est responsable de la hausse à hauteur de 45%.

Action choc en avril

En avril 2016, devant le refus des labos de baisser les prix, MSF lance une action médiatique en déposant devant le siège de Pfizer à New York 2.500 fleurs, le nombre d’enfants mourant chaque jour de la pneumonie dans le monde.

Puis, en ce jour de réunion des actionnaires, MSF donne la liste de 400.000 signataires d’une pétition lancée en novembre 2015 réclamant que Pfizer, mais également GSK fasse passer le prix de leurs vaccins à 5 dollars pièce.

GSK accepte en avril de baisser à 9 dollars le prix de son vaccin Synflorix (qui a généré environ 420 millions d’euros en 2015) pour les enfants dans les pays les plus pauvres. MSF salue cette décision et estime que le laboratoire britannique "a levé une barrière significative à un accès humanitaire au vaccin contre la pneumonie". Le groupe britannique refuse toutefois de les faire passer à 5 dollars comme MSF l’exigeait, car "cela voudrait dire que nous perdrions de l’argent sur toutes les doses".

Pfizer résiste toujours. Il faut dire que le Prevnar est le traitement le plus vendu de Pfizer. Ce vaccin mis sur le marché en 2000 a généré 6,245 milliards de dollars rien qu’en 2015, soit 20% de croissance sur un an.