L’industrie pharmaceutique

La Tribune - Un anticancéreux à plusieurs milliers d’euros par mois et par patient lancé en France

il y a 5 mois, par Info santé sécu social

Par Jean-Yves Paillé

Merck & Co (MSD) est parvenu à s’entendre avec les autorités françaises sur le prix du Keytruda, un anticancéreux contre le mélanome avancé. Le prix d’un traitement pour un homme de 75 kg dépasserait les 7.000 euros par mois.

Un traitement phare de Merck & Co (MSD) vient d’être officiellement lancé en France et son coût pourrait bien susciter la polémique. Le laboratoire américain et le Comité économique des produits de santé (CEPS) se sont entendus pour déterminer le prix du Keytruda (pembrolizumab), un anticancéreux basé sur l’immunothérapie pour soigner les patients adultes souffrant d’un mélanome avancé (environ 14.000 nouveaux cas de mélanomes cutanés sont diagnostiqués chaque année dans l’Hexagone), selon un communiqué publié mardi 10 janvier. MSD promet un gain de survie pouvant atteindre les trois ans pour certains patients.

Le prix fixé pour le Keytruda est de 1583,50 euros hors taxe pour 50 mg de poudre à diluer pour perfusion en flacon de verre de 15 ml, rapporte l’avis publié dans le Journal officiel, mardi 10 janvier. Interrogé par La Tribune sur le prix d’un traitement par patient, le laboratoire préfère botter en touche et refuse d’avancer un chiffre ou un ordre de grandeur. "Cela dépend de la durée du traitement et de la morphologie du patient. Le prix est variable", explique une porte-parole. MSD précise en outre que "le coût est comparable à celui des autres traitements du mélanome avancé utilisés en monothérapie".

Le médicament est placé sur la liste en sus, procédé par lequel les hôpitaux reçoivent de l’Assurance maladie un forfait qui comprend le financement de certains médicaments.

Des négociations difficiles pour le prix

Concrètement, combien va coûter le Keytruda par patient ? Pour avoir un ordre d’idée, il faut se référer à la dose recommandée par l’Agence européenne du médicament, une préconisation validée par la Haute autorité de la santé. Elle conseille d’utiliser une quantité de 2 mg de poudre Keytruda par kilogramme de poids corporel à administrer en perfusion de 30 minutes toutes les trois semaines.

Selon nos calculs, si l’on prend le cas d’un homme de 75 kg touché par un mélanome avancé, son traitement requerrait une dose de 150 mg toutes les trois semaines, soit trois flacons. La prise coûterait ainsi 4.750,50 euros hors taxe. Pour deux mois de traitement, trois prises seraient nécessaires, ce qui porterait le montant à 14.247 euros, soit un peu plus de 7.000 euros par mois, hors taxe. Néanmoins, il s’agirait du prix facial. Il est possible que des remises aient été faites directement à l’Assurance maladie. Un montant inconnu et protégé par le secret des affaires.

Aux Etats-Unis, ce traitement de Merck contre les cancers de la peau coûterait 12.900 dollars (12.272 euros) par mois, d’après Bloomblerg qui ne donne pas plus de détails sur ce chiffre.

Le coût inquiète de nombreux acteurs de la santé

Il n’est pas étonnant que les négociations de MSD avec le CEPS ont été si longues. La société et l’institution ne parvenaient pas à s’entendre sur un prix. Le traitement était disponible en autorisation temporaire d’utilisation (ATU) depuis 2015, mais le prix définitif n’était pas fixé.

Il faut dire que le coût de ces traitements innovants inquiète de nombreux acteurs de la santé. En France, les anticancéreux représentent environ 2% des dépenses de l’Assurance maladie et 14% de celles consacrées aux médicaments. Mais celles-ci sont amenées à grimper avec l’arrivée de ces nouvelles thérapies.

Bientôt de nouvelles indications en France pour le Keytruda ?

En outre, le Keytruda pourrait être élargi à d’autres indications en France. "Aujourd’hui nous sommes en négociation avec la Haute Autorité de Santé pour obtenir l’approbation de l’utilisation du Keytruda contre les cancers du poumon bronchiques dits ’non à petites cellules’", explique une porte-parole du laboratoire MSD à la Tribune. Et un nouveau prix devra être négocié si cette nouvelle indication est validée par l’autorité.

Au total, le laboratoire américain travaille sur une trentaine d’autres indications en développement clinique pour cette molécule. Cette dernière est une poule aux œufs d’or pour Merck & Co. Selon Bloomberg, les ventes annuelles totales du Keytruda pourraient dépasser les 5 milliards de dollars en 2020.