Luttes et mobilisations

La dépèche - Rodez, Hôpital Jacques Puel : le personnel en grève pour une durée illimitée

il y a 3 semaines, par Info santé sécu social

« Aujourd’hui, la situation des effectifs à une incidence sur la prise en charge des malades, et on ne peut plus à cacher la misère », dénonce Daniel Bousquet, du syndicat FO.

L’intersyndicale CGT-FO-CFDT de l’hôpital Jacques Puel Rodez avait déposé un préavis de grève la semaine dernière, qui a débuté ce mardi 11 octobre, et court sur une durée illimitée, jusqu’à ce que les revendications soient entendues par le directeur de l’établissement.

Ces revendications concernent notamment le manque d’effectif, la fermeture de lits faute de personnels, qui entraînent une dégradation de la prise en charge des malades.

Le personnel hospitalier dénonce également les heures supplémentaires dues, et non payées. « On en arrive à l’épuisement de tous les personnels, inévitablement rappelés sur leurs jours de repos ou de congés », déplore Christine Robert, pour FO Santé.

« Les personnels n’arrivent plus à travailler correctement »

Une situation qui s’est passablement aggravée l’an dernier, avec la suppression de l’équipe de suppléance, et la réorganisation de certains services, notamment le pôle médecine, au début de l’année 2015.

Pour l’intersyndicale, il manque du personnel, c’est indubitable. Et si les syndicats n’avancent pas de chiffres, ils se basent sur les conditions de travail, comme l’explique Alexandre Guilleminot, à la CGT : « On part d’un constat dans les services, les agents n’arrivent plus à travailler correctement ».

Mardi, les représentants de l’intersyndicale CGT-FO-CFDT, comme les services de santé se sont relayés pour plusieurs débrayages. L’ouverture du bloc opératoire a été décalée à 10 heures du matin, et le service de radiologie, comme le bureau des entrées, devait fermer ses portes environ une heure durant l’après-midi.

Une situation qui ne s’arrangera pas tant que les revendications n’auront pas été entendues : « lorsqu’on a déposé le préavis, le directeur de l’établissement nous a reçus pour nous faire des propositions que nous avons déclinées, car jugées dérisoires », souligne Daniel Bousquet. Depuis, l’intersyndicale a de nouveau été reçue : « mais on attend des écrits concrets, notamment en ce qui concerne la gestion et le remplacement de l’absentéisme », assure Christine Robert.

La pétition circule toujours

La pétition « des moyens humains pour des soins de qualité », lancée par l’intersyndicale FO-CGT-CFDT, sur le site mesopinions.fr, circule toujours. Depuis le 22 septembre, elle a recueilli plus de 9 300 signatures.

O. L.