Les Ehpad

La dépèche.fr : Grève dans les Ehpad, le 30 janvier

il y a 2 mois, par infosecusanté

Grève dans les Ehpad, le 30 janvier

« Alors, soyons clairs : la maltraitance institutionnelle organisée, ce ne sont pas les personnels qui maltraitent les résidants. Dans maltraitance institutionnelle, il faut comprendre les moyens insuffisants donnés aux Ehpad.

La priorité du soignant est le résidant. Par contre, je le dis et le répète : le système est maltraitant avec le personnel et les résidants », explique en préambule le responsable FO du centre hospitalier Limoux-Quillan Yannick Bonnafous. « On apprend aux aides-soignants, dans les écoles, à faire des toilettes en vingt minutes, alors que dans la réalité quotidienne, c’est dix minutes.

La conséquence est l’épuisement physique et moral. Ce qui impacte directement le fonctionnement des établissements ». Un état de fait que le syndicaliste veut démontrer : « On nous dit, il faut revoir les organisations. Comme si personne n’y avait pensé. C’est le serpent qui se mord la queue. Les patients rentrent de plus en plus tard et de plus en plus dépendants dans les Ehpad, et il y a de moins en moins de personnel ».

Y. Bonnafous dénonce une prise en charge de plus en plus tardive sur la grille de perte d’autonomie et des familles qui ne peuvent pas assumer le coût d’une journée d’Ephad sans les aides. « Le résultat est que nos résidants rentrent chez nous pour mourir. Nous avons même des cas où ils ressortent parce qu’ils n’ont plus les moyens de payer. Devant ce constat, nous, à Force ouvrière, nous allons plus loin et pensons que cette rentabilité obsessionnelle du public ouvre grandes les portes au privé.

On voudrait casser le système de santé public que l’on ne s’y prendrait pas autrement ». Une situation qui, selon le responsable syndical, ne devrait pas aller en s’améliorant puisqu’il manquerait à ce jour l’équivalent de dix postes d’aides-soignants sur le Limouxin et « qu’il serait prévu d’en supprimer six de plus, avec l’attribution de la prochaine enveloppe budgétaire par l’État. Nous demandons l’abandon de la réforme tarifaire, nous voulons que soit respecté le ratio d’un agent-un résidant dans le cadre du plan de solidarité grand âge.

Nous souhaitons que ce mouvement du 30 janvier mobilise le plus grand nombre ». À Limoux trois actions sont prévues : à 11 heures, manifestation devant l’Ehpad André-Chénier ; à 13 heures, devant le Soleil levant, et à 14 h 30, à Saint-Hilaire.

F.P.