NPA

La revue Anticapitalistes ! 33 (mensuel du NPA de Gironde) - Interview de Bernard Coadou, membre de l’association girondine LaSantéUnDroitPourtous

il y a 2 mois, par Info santé sécu social

Où en est le projet BAHIA (nom de la convention signée entre la clinique Bagatelle et l’hôpital militaire Robert Picqué dans la banlieue bordelaise) ?

Il suit son bonhomme de chemin et semblait « inarrêtable ». Ce projet pensé depuis 2012, concrétisé en 2016, organise le démantèlement progressif de l’Hôpital et du Site Robert Picqué, en nous faisant croire qu’il les maintient. Il correspond au désir des autorités militaires et du gouvernement de réduire l’activité des hôpitaux militaires qui soignaient les militaires actifs et leurs familles ainsi que des civils pour 80% des prestations délivrées. Contrairement à ce qui nous est dit, ce projet « innovant et ambitieux » d’après ses promoteurs est inacceptable à plusieurs niveaux :
-Sur le plan démocratique : il est maintenu confidentiel malgré de nombreuses demandes d’obtention du document signé le 6 décembre 2016 (la Commission d’Accès aux Documents Administratifs a été saisie) ;
- Sur le plan sanitaire : contrairement à ce qui nous est affirmé, le futur établissement aux mains du privé n’assurera pas l’ensemble des prestations actuelles de Robert Picqué et de Bagatelle ;
- Sur le plan financier : il est étonnant que l’Etat finance une structure privée …alors qu’il n’avait pas d’argent pour assurer le maintien d’un Hôpital public de qualité… !
- Sur le plan de l’écologie urbaine : la densification immobilière massive prévue (ce qui est situé sur 33 ha va être concentré sur 5 ha… !) méprise toute préoccupation environnementale. De plus, l’accessibilité du site choisi est problématique…
Nous demandons donc une remise à plat de ce projet (moratoire) avant que les travaux ne démarrent en 2018 ainsi qu’une alternative à construire avec tous les acteurs concernés. Le maintien d’un Hôpital public sur le site de Robert Picqué (ce qui faisait partie de la réflexion initiale, cf les déclarations publiques des Maires de Talence et Villenave d’Ornon) semble indispensable pour répondre aux besoins de santé croissants de la population du secteur.

Quelles sont les perspectives pour le stopper ?

Depuis la première réunion d’information publique qui s’est tenue le 22 juin à Talence (plus de 200 présents, en grande majorité opposés au projet Bahia) la mobilisation est dopée. Elle était dispersée, deux comités de défense coexistaient sans se coordonner, gangrenés par des conflits individuels et partidaires. Avec l’association LaSantéUnDroitPourtous et le Comité Robert Picqué auquel elle participe, nous faisons le maximum pour fédérer les forces sociales et politiques locales et pour agir tous ensemble sur le socle commun qui nous réunit, en oubliant le secondaire qui ne doit pas nous diviser. A ce niveau, l’action menée par Loïc Prud’Homme, nouveau député France Insoumise de la 3° circonscription de Gironde, est facilitateur. La prochaine réunion publique le 9 octobre prochain à partir de 19h à la Salle Georges MELIES de Villenave d’Ornon va permettre, nous l’espérons, de « changer de braquet » et de mettre sur la place publique ce dossier que certains voulaient nous faire avaler en catimini… ! Nous espérons vous y retrouver.

Bernard Coadou – 21-09-17 – bercoadou@wanadoo.fr

pétition en ligne : https://www.change.org/p/association-la-sant%C3%A9-un-droit-pour-tous-non-au-démantèlement-de-l-hopital-et-du-site-robert-picque