Le droit à la santé

La voix du Nord - Un week-end terrible aux urgences du centre hospitalier de Lens

17 janvier, par Info santé sécu social

Par YVES PORTELLI

Les deux jours qui viennent de passer ont de nouveau mis l’accent sur les soucis du service lorsque l’afflux des malades est trop grand et ce fut le cas samedi et dimanche. En règle générale, la durée d’attente maximale en situation d’urgence, sauf les urgences vitales, est de l’ordre de sept à huit heures. Avec l’arrivée cette fois de personnes en détresse respiratoire, grippées ou autres, cette attente a pu excéder parfois vingt-quatre heures sans

solutions immédiates en vue. Vingt-six personnes se sont trouvées dans ce cas. Les conditions d’accueil étaient trop limitées malgré quelques mesures préventives et les lits disponibles dans les services inexistants. Aucun moyen de transférer les malades présents en tout cas. Les personnels, échaudés par les courriers reçus la semaine dernière, souhaitent garder l’anonymat mais ils sont à bout, très remontés après leur direction et ils le font savoir.

Pourquoi pas de plan blanc activé ?

Ils ne comprennent pas pourquoi le plan blanc n’a pas été activé. Ils savent que cela a été fait ailleurs dans la Région. Ce dispositif permet quand il est déployé, de transférer les malades vers d’autres hôpitaux de la région qui ont encore des capacités d’accueil.

Puisqu’il a fallu faire avec les moyens du bord, les personnels ont placé le flot des malades comme ils le pouvaient. Les grippés ainsi ont pu se retrouver dans des secteurs où d’autres malades étaient présents. Impossible de les isoler totalement. Les quelques lits mis à disposition par la direction pour gérer les situations de crise ont été notoirement insuffisants.