Luttes et mobilisations

Le Figaro avec l’AFP - Pôle emploi : appel à la grève le 6 mars

20 janvier, par Info santé sécu social

Quatre syndicats de Pôle emploi, le SNU-FSU, FO, la CGT et Solidaires, appellent à une grève le 6 mars contre la "transformation" du métier d’indemnisation, la "dématérialisation à outrance", et pour la "défense du service public", a-t-on appris vendredi de source syndicale.

Dans un tract commun, ces syndicats, qui représentent 46% des agents de l’opérateur public, appellent "à se mobiliser massivement pour l’avenir de nos missions, de nos métiers".

Cet appel sera éventuellement reconductible pour le 7 mars "afin de pouvoir converger" avec la grève des agents hospitaliers prévue ce jour-là, a précisé à l’AFP Jean-Charles Steyger, du SNU-FSU.

Les quatre syndicats demandent le "retrait" de l’accord sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC), signé par la CFDT, la CFE-CGC et la CFTC, qui vise à accroître les effectifs de conseillers à l’emploi via un redéploiement des agents chargés de l’indemnisation. Ils craignent une "disparition quasi totale du métier d’indemnisation" et, à terme, une "restructuration d’ampleur". Ils dénoncent la "dématérialisation à outrance et le lancement de +bobemploi+ (une plateforme numérique de bigdata pour accompagner les chômeurs, NDLR), dans une nouvelle tentative de substitution des conseillers par la machine et de mise à distance des usagers".

Ils réclament aussi "l’embauche de personnel en CDI", afin de "pouvoir absorber la charge des demandeurs d’emploi", selon M. Steyger. L’appel à la grève vise enfin à "défendre le caractère public et national de Pôle emploi", alors que "le débat présidentiel nous amène à nous interroger sur les velléités des candidats à notre sujet", a ajouté le responsable syndical. Interrogée par l’AFP, la direction fait valoir que le redéploiement des agents chargés de l’indemnisation vers les activités de suivi et d’accompagnement se fera "de manière progressive, sur la base du volontariat". "Le numérique est un outil de plus au service des demandeurs d’emploi", ajoute-t-on : "la valeur ajoutée de Pôle emploi est bien dans le rôle et l’action des conseillers auprès des demandeurs d’emploi. Mais rater le virage numérique, c’est se condamner".

La direction précise avoir engagé "en novembre 2016 la négociation d’un projet d’accord sur la qualité de vie au travail, qui sera ouvert à signature en mars". Concernant l’avenir de l’établissement, elle reconnaît une "vraie inquiétude du personnel, ravivée par les débats de la campagne présidentielle, par rapport à une régionalisation".