Luttes et mobilisations

Le Généraliste - Dans la Manche, une centaine de médecins lancent une pétition contre la fermeture d’un Smur

il y a 2 semaines, par Info santé sécu social

Stephane Lancelot 16.03.2018

Dans la Manche, un collectif composé d’une centaine de médecins a signé une pétition qui s’oppose à la fermeture du Smur secondaire de Granville – le dernier du département – prévue le 1er avril. Cette fermeture, décidée par le directeur de l’hôpital, contraindrait les Smur primaires du département (qui assurent les urgences vitales) à assurer les transferts de patients d’un établissement à un autre, mission qui incombait jusqu’ici aux Smur secondaires.

« La principale conséquence de la fermeture du Smur 2 de Granville sera de retarder la prise en charge des patients », souligne le Dr Frédérique Sarazin, dermatologue du collectif, contactée par « Le Généraliste ». Pour le collectif, il y aura donc une perte de chance pour le patient, « notamment en cas d’infarctus ou les AVC », explique le Dr Sarazin. Et ce d’autant plus que le département ne dispose pas de salle de coronarographie, ni de centre de neurochirurgie

« Les généralistes ne pourront pas faire face »

« Si les Smur primaires remplissent les missions des Smur secondaires, cela déstabilise l’hôpital de Granville et fragilise ses urgences médicales. Ce qui risque d’arriver c’est que personne ne voudra plus travailler dans ces urgences et alors les généralistes devront se relever la nuit », avertit la praticienne.

Un avis partagé par le Dr Alain Masseron, délégué départemental de MG France : « La fermeture entraînerait un retard de prise en charge. Les urgences ne pourront pas faire face et les médecins généralistes non plus. C’est préoccupant pour la population », regrette le généraliste.

« Il est inadmissible que les citoyens n’aient pas les mêmes chances de prise en charge selon leur lieu de résidence. Les économies ne se font pas sur la santé des gens... Mes confrères urgentistes ont tout mon soutien », s’indigne le Dr Olivier Pontais, l’un des généralistes signataires.