Luttes et mobilisations

Le Monde - Hôpitaux de Lyon : « Chaque jour, on a peur qu’il arrive une catastrophe »

il y a 1 mois, par Info santé sécu social

Les services d’urgences de trois établissements sont en grève. En cause, les conditions de soins dégradées des patients.

09.03.2018 Par Richard Schittly (Lyon, correspondant)

Trois hôpitaux parmi les plus importants de la région lyonnaise sont désormais concernés. Deux mois après le début de la grève aux urgences d’un premier établissement, d’autres types d’unités commencent même à être touchées. Signe d’un malaise profond, le mouvement social a débuté de manière spontanée, lancé par des personnels de santé souvent jeunes. Il traduit un refus de cautionner les conditions de soins dans les hôpitaux, plutôt que des revendications classiques, portant sur les salaires ou les effectifs.

« La période d’hiver est très difficile, quand on voit des personnes âgées de plus de 80 ans qui restent jusqu’à soixante-douze heures dans un couloir, parce qu’il n’y a plus de places, on ne sait plus quoi leur dire, on ne peut plus accepter ça, la dignité des personnes n’est même plus respectée », confie Lisa Di Popolo, 25 ans, infirmière au service des urgences de l’hôpital Saint-Joseph-Saint-Luc, dernière unité à avoir rejoint le mouvement. Une grève totale a été votée lundi 5 mars, au cours d’une assemblée générale où sont venus témoigner des représentants d’autres hôpitaux lyonnais. La grève touche donc désormais aussi bien des établissements publics des hospices civils de Lyon (HCL), Lyon-Sud ou Edouard-Herriot, qu’un centre hospitalier privé d’intérêt collectif.

Situé rive gauche du Rhône, au cœur de la ville, l’établissement enregistre en moyenne 140 passages par jour dans son service d’urgences, où l’attente peut atteindre six heures. La fréquentation est en constante augmentation : de 36 500 passages en 2013, à 39 100 en 2017. « L’attente génère des tensions, parfois des agressions, on fait souvent appel à la police », témoigne une infirmière qui demande à rester anonyme. Le personnel a listé les demandes prioritaires : augmenter le nombre de lits disponibles, prévoir autant d’infirmiers la nuit que le jour, remettre un médecin en poste de minuit à 8 heures, ajouter un brancardier de 14 heures à minuit, prévoir un agent de sécurité 24 heures sur 24. La direction a promis de renforcer les effectifs, la sécurité, et de mieux organiser le poste de médecin d’accueil.

« On se sent en danger »
Les personnels ont conscience que les directions d’établissements, en pleine rigueur budgétaire, disposent de marges de manœuvre réduites. « Le problème est un choix politique général, on a supprimé la santé publique de proximité, les maisons médicales ont fermé, elles ne fonctionnent plus que le week-end, tout retombe sur les urgences qui ont de moins en moins de moyens, comment voulez-vous que ça marche ? Le système est bloqué », juge Lisa Di Popolo.

Personnels et directions sont plutôt d’accord avec ce constat. « Beaucoup de généralistes ne sont pas remplacés, la médecine de ville est insuffisante, on estime que 70 % des patients venant aux urgences n’ont pas le critère de gravité qui le justifie », reconnaît Emmanuel Vannier, directeur des ressources humaines de Saint-Joseph-Saint-Luc, qui espère préserver « des relations sociales apaisées ».

« La grève pourrait devenir nationale parce qu’on partage tous la même préoccupation, on se sent en danger », dit Loïc Juvigny, 39 ans, infirmier aux urgences de l’hôpital Lyon-Sud, là où le premier mouvement de grève a commencé, il y a neuf semaines exactement. Le service compte soixante personnels, infirmiers, aides-soignants et agents de services. Il est prévu pour 60 entrées par jour, mais en reçoit plus d’une centaine, avec des délais d’attente de six à neuf heures, des patients dans les couloirs, du matériel manquant. « Chaque jour on a peur qu’il arrive une catastrophe, qu’un patient se retrouve très mal ou qu’il décède parce qu’on n’aura pas eu les moyens de le traiter à temps, c’est très éprouvant », regrette M. Juviny.

« Quand on a vu Lyon-Sud en grève, ça nous a motivés », confie Marion Mathieu, 34 ans, aide-soignante au pavillon N de l’hôpital Edouard-Herriot, en grève illimitée depuis le 2 février. « Quand une personne âgée vous dit qu’elle a froid, et que vous ne pouvez que lui proposer des draps en papier, c’est dur à vivre », déplore la jeune femme. Aux urgences de son hôpital, qui comptent de 80 à 140 passages par jour, le poste de brancardier de nuit a été supprimé. Les soignants doivent donc parcourir de 25 à 30 kilomètres à pied les jours de grande affluence, en plus de leurs tâches habituelles.

« Les gens approuvent le mouvement »

« Nous ressentons une impossibilité de répondre aux besoins des patients, de ne plus pouvoir assurer notre mission », constate Didier Machon, 59 ans, infirmier et représentant CGT à Lyon-Sud. Le syndicaliste estime que le mouvement est suivi par 40 à 60 % des personnels des urgences, sans compter les contractuels. « C’est un taux énorme », reconnaît M. Machon, qui ajoute : « La grève est partie sans les syndicats, comme un ras-le-bol. »

Un protocole d’accord vient d’être signé pour cesser la grève la semaine prochaine à Lyon-Sud. « Si les engagements sont tenus », prévient le personnel. Pour la direction des HCL, « le mouvement s’essouffle ». Sauf qu’il fait tache d’huile dans d’autres unités. Une grève touche un service d’hépato-gastrologie depuis quinze jours, une autre a débuté cette semaine dans trois unités d’hématologie.

Les hôpitaux continuent d’assurer les soins. Les personnels en grève sont « assignés » à leurs postes sur décision administrative. Ils touchent leur salaire. L’action ne se veut pas pour autant symbolique. « On perd un ou deux jours de salaire par mois, ce n’est pas évident dans la durée, neuf semaines ce n’est pas rien, mais on a envie de continuer, des pétitions sont signées, les gens approuvent le mouvement », témoigne une infirmière.

Plusieurs responsables d’établissements craignent « un effet boule de neige » et « un phénomène de contagion syndicale ». Marion Mathieu résume : « Notre métier, c’est prendre soin des gens, ce n’est pas avoir honte, baisser la tête dans les couloirs parce qu’on ne sait plus quoi répondre, on atteint la maltraitance institutionnelle, on veut retrouver de la dignité. »