Environnement et facteurs dégradant la santé

Le Monde - Les dangers des nanoparticules

il y a 2 mois, par Info santé sécu social

Le Monde – 30/10/2016 – le blog d’Anne-Sophie Novel

Nanoparticules : ces confiseries qui font peur

Têtes brulées, Elodie, Fizzy, chewing-gum Airwaves, Hollywood, Freedent, Malabar, confiseries M&M’s, Skittles, gâteaux LU, chocolats Milka, décorations gâteaux Vahiné… A la veille d’Halloween, l’ensemble de ces confiseries font partie d’une liste de 100 produits pointés du doigt par l’ONG Agir pour l’Environnement pour leur contenu riche en E171, le dioxyde de titane, susceptible de contenir des nanoparticules.

La bourse ou la vie ?

En juin 2016, l’ONG alertait déjà sur la présence de nanoparticules dans notre assiette. Elle revient à la charge en cette période propice à la consommation de bonbons pour alerter sur la quantité de dioxyde de titane ingérée par nos chères têtes blondes : « selon une étude récente, les enfants consommeraient deux à quatre fois plus de titane que les adultes du fait de l’ingestion de sucreries ayant des niveaux élevés de nanoparticules de dioxyde de titane. Or la période d’exposition est capitale pour évaluer les risques et que les enfants sont plus fragiles du fait d’un organisme en plein développement« , explique l’ONG.

Utilisé dans divers domaines (cosmétique, produits d’hygiène, produits pharmaceutiques, secteur de la construction), dans l’alimentaire l’E171 permet de rendre des aliments plus blancs ou plus brillants, ou pour décliner une palette de couleurs en étant associées à d’autres colorants… Mais pour quel bénéfice réel ? Pour Stéphen Kerckhove, délégué général de l’association, « il s’agit d’un double scandale : sanitaire (a-t-on assez d’études pour montrer d’innocuité ?) mais aussi de transparence (aucun consommateur dans son acte d’achat ne peut rejeter les nanoparticules !)« .

De fait, plusieurs agences sanitaires estiment que le dioxyde de titane est un cancérigène possible pour l’homme lorsqu’il est inhalé (classe 2 B d’après le le Centre international de recherche sur le cancer, en 2006 ; classe 1B pour l’ANSES qui a proposé à l’agence européenne des produits chimiques (ECHA) de renforcer ce classement en mai 2016). « De manière générale, sur la question des nanoparticules dans les biens de consommation courants, l’Organisation Mondiale de la Santé recommande, dans un rapport de 2013, l’application du principe de précaution et attire l’attention sur la vulnérabilité des enfants. En mai 2014, l’Agence française de sécurité sanitaire (ANSES) a préconisé un classement des nanoparticules de dioxyde de titane (et autres) comme substances dangereuses afin que soient mises en place des mesures de restriction d’usage voire d’interdiction de l’utilisation de certaines applications grand public » explique Agir pour l’Environnement.

Mais si des études récentes montrent des effets préoccupants pour notre santé (comme cette étude effectuée par l’institut sanitaire des Pays-Bas (RIVM) qui alerte sur les risques pour le foie, les ovaires et les testicules), l’EFSA vient de ré-autoriser l’additif E171 en septembre 2016 sous prétexte qu’il n’existe pas assez de preuves d’effets sur la santé des consommateurs… tout en insistant sur le besoin d’effectuer de nouvelles études sur les effets possibles sur le système reproducteur. « Basée sur une définition très restrictive de ce qu’est un nano-matériau, la caractéristique nano a été bien insuffisamment prise en compte dans ce travail« , juge l’ONG pour qui le peu d’études menées jusqu’à maintenant ne doit pas occulter le fait que celles qui existent « sont suffisamment inquiétantes pour prendre des mesures urgentes de protection« .

Aussi certains chercheurs estiment-ils qu’on se trouve là dans la même situation qu’avec l’amiante il y a 40 ans. Ils alertent sur les risques inflammatoires (interaction avec l’oxygène des cellules, altération de l’ADN, mort de cellules, activité pro-inflammatoire sur les poumons et le péritoine, etc.), la manière dont cela peut traverser différentes barrières physiologiques (ils en ont retrouvé dans le sang, le foie, la rate, les reins, les poumons, le cœur et le cerveau d’animaux) et s’accumuler dans le corps (voir cette étude).

Comment s’y retrouver ?

Pour Stéphen Kerckhove, l’essentiel est d’agir dans l’ordre maintenant : « évaluer les impacts sur la santé, puis demander un moratoire le temps que les analyses soient effectuées« . Lasse de faire appel au principe de précaution qui pour eux justifie de faire le comportement des industriels, l’ONG souhaite pallier le manque de transparence : les mesures qu’elle a effectuées en juin 2016 avec le Laboratoire National de Métrologie et d’Essais (LNE) révèlent l’ampleur des infractions à la réglementation sur l’étiquetage. « Aujourd’hui aucun produit alimentaire ne porte la mention [nano] dans la liste des ingrédients, comme l’exige pourtant la réglementation européenne INCO 1169/2011 dès lors qu’une des dimensions d’un matériau produit intentionnellement est de moins de 100nm » déplore-t-elle, déterminée à mettre en ligne d’ici fin novembre une base de données des biens de consommation contenant des nanoparticules, à commencer par les biens alimentaires. « Seront répertoriés les produits dans lesquels des nanoparticules ont déjà été détectés et les produits “suspects”, contenant des additifs susceptibles de contenir des nanoparticules (E171, E172, E551 et E552) », explique l’ONG.

Des nanos, c’est quoi ?

En une dizaine d’années, des substances aussi minuscules qu’extrêmement réactives, ont envahi notre quotidien : les nanoparticules de dioxyde de titane, de dioxyde de silice, nanotubes de carbone, nanoargent… Difficile de quantifier leur présence car la transparence est loin de régner dans ce domaine…

La miniaturisation de ces particules leur confère des propriétés inquiétantes. C’est ce changement d’échelle qui leur permet de se disséminer et de s’accumuler partout, engendrant des risques nouveaux. Bien que leur toxicité pour la santé et l’environnement soit de mieux en mieux documentée, cela n’empêche pas qu’elles soient déjà commercialisées sans contrôle, sans traçabilité et sans évaluation préalable.

Agir pour l’Environnement mène l’enquête !

Agir pour l’Environnement a confié à un laboratoire reconnu la recherche de nanoparticules dans quatre produits alimentaires courants :
◾nanoparticules de dioxyde de titane (additif colorant E171) dans la blanquette de veau William Saurin, des chewing-gums Malabar et des biscuits Napolitains LU ;
◾nanoparticules de dioxyde de silice (additif antiagglomérant E551) dans un mélange d’épices pour guacamole de la marque Carrefour.

Les analyses révèlent que les 4 échantillons testés contiennent tous des nanoparticules. Le dioxyde de silice du mélange d’épices pour guacamole est composé, par exemple, à 100% de nanoparticules dont le diamètre moyen est de 20 nanomètres.

Selon la réglementation européenne, la mention [nano] aurait dû figurer sur les étiquettes. Alors que nos enquêtes dans les rayons des magasins ne nous ont pas permis d’identifier un seul produit étiqueté [nano], il est à craindre que d’autres produits alimentaires contiennent des nanoparticules.

Cette enquête apporte la preuve qu’il y a défaillance dans l’information et la protection du consommateur. La réglementation, pour laxiste qu’elle soit, n’est même pas appliquée !

L’intérêt des nanos dans l’alimentation est pourtant loin d’être avéré ! ll s’agit essentiellement de rendre plus “attractif” un produit (modifier sa couleur, son goût, sa texture…). Ces substances nano-particulaires font courir des risques inutiles au consommateur qui se voit, en plus, privé du droit de choisir.

Pour un moratoire sur les nanos !

De nombreuses études scientifiques montrent que ces substances infiniment petites (un milliardième de mètre) peuvent plus facilement franchir les barrières physiologiques et ainsi se disséminer dans le corps humain et l’environnement. Des effets toxiques sont de mieux en mieux documentés : dommages à l’ADN, perturbation du fonctionnement cellulaire, affaiblissement du système immunitaire… L’ANSES et l’OMS appellent à la prudence et recommandent le principe de précaution.

En toute discrétion et avec l’aval implicite de l’Etat qui n’a pas voulu édicter une réglementation stricte, les consommateurs ingèrent donc des nanoparticules.

Alors que les nanoparticules s’introduisent de plus en plus dans les biens de consommation sans transparence, sans traçabilité et sans régulation, il est urgent d’instaurer un moratoire, pour éviter qu’un nouveau scandale sanitaire comme celui de l’amiante ne se reproduise.

Les ministres de la santé, de l’écologie et la secrétaire d’Etat à la consommation doivent également obtenir le retrait des 4 produits analysés par Agir pour l’Environnement et contenant des nanoparticules !