Branche maladie de la sécurité sociale

Le Monde.fr : L’Assurance-maladie annonce 1,9 milliard d’euros d’économies pour 2018

il y a 2 semaines, par infosecusanté

L’Assurance-maladie annonce 1,9 milliard d’euros d’économies pour 2018

La Caisse nationale d’Assurance-maladie présente sa feuille de route pour améliorer « l’efficience du système de santé ».

LE MONDE

29.06.2017

Par François Béguin

Réagir Ajouter
Partager (389) Tweeter

Réduction des durées d’hospitalisation, promotion des génériques, maîtrise des coûts de transport… La Caisse nationale d’Assurance maladie (CNAM) a dévoilé, jeudi 29 juin, les mesures qu’elle entend mettre en œuvre en 2018 afin d’améliorer « l’efficience du système de santé ». Objectif : 1,94 milliard d’euros d’économie pour faire face à la hausse annuelle prévisible des dépenses de santé

Le montant des économies est légèrement supérieur à celui de 2017 (1,4 milliard d’euros) mais il englobe cette année la lutte contre « la fraude et les abus en ville et à l’hôpital » pour un montant de 210 millions d’euros.

L’annonce de ce montant intervient alors que le plafonnement des dépenses d’assurance-maladie pour 2018 n’a pas encore officiellement été confirmé à 2,3 %, comme Emmanuel Macron s’y était engagé pendant la campagne présidentielle. Cet objectif national des dépenses avait été fixé à 1,75 % en 2016, puis relevé à 2,1 % en 2017.

Expérimentations de la chirurgie au forfait

Pour la première fois, l’Assurance-maladie propose d’expérimenter le paiement au forfait d’un « épisode de soins » lié à un acte chirurgical. En clair, au lieu de payer au coup par coup la pose d’une prothèse de hanche, puis les interventions suivantes dues à des complications et à des reprises, elle se dit prête à payer d’emblée un peu plus cher les soins en ville et à l’hôpital liés à l’intervention à condition de ne plus financer ensuite les éventuelles opérations de reprise.

Ce mode de financement inédit pourrait être testé dès 2018 pour une durée de trois ans dans trois ou quatre régions – soit 30 000 à 40 000 patients par an – et aurait ensuite vocation à être étendu à d’autres pathologies, notamment les maladies du cœur. Suite à la mise en place de ce forfait en Suède, le taux de reprises pour prothèse de hanche a diminué de 26 % en quelques années, fait valoir la CNAM. Transposée en France, une telle baisse se traduirait par une économie de 9 millions d’euros.

Expérimentation

L’Assurance-maladie souhaite l’instauration d’un « cadre juridique générique » pour faciliter la mise en place d’expérimentations en matière d’organisation des soins et ainsi plus facilement faire évoluer le système de soins.

Ce cadre « permettrait de déroger au droit commun, en ce qui concerne les modalités de financement et d’organisation ou le partage de compétences entre acteurs ». La CNAM plaide également pour l’établissement d’un fonds national qui permettrait de financer des expérimentations à grande échelle.

Télémédecine

« Le déploiement de la télémédecine, notamment en ville, se heurte à l’absence d’un cadre stable et pérenne », déplore la CNAM. Pour accélérer son développement, comme l’a annoncé Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle, l’Assurance-maladie propose donc que « le financement des actes s’inscrive dans le cadre tarifaire de droit commun, selon des modalités à définir avec les acteurs concernés, dès 2018 ».

Médicaments

Les plus fortes économies (750 millions d’euros) sont attendues sur le poste des médicaments grâce à de meilleures prescriptions ou grâce à la promotion des génériques et des biosimilaires.

Recours aux urgences

Pour alléger le recours aux urgences, dont la fréquentation croît chaque année en moyenne de 2,5 %, la CNAM propose le développement « d’alternatives de ville » « disposant d’un plateau technique et capables de mobiliser rapidement des avis spécialisés avec des amplitudes horaires larges ». Elle souhaite aussi mieux identifier les motifs de consultation aux urgences.

Hospitalisation

La CNAM espère doubler – de 15 000 à 35 000 – le nombre de femmes rentrant à leur domicile avant les 72 heures du nouveau-né tout en bénéficiant d’un « suivi attentionné » d’une sage-femme dans les quarante-huit heures après la sortie de la maternité, ce qui représenterait 47 600 journées d’hospitalisation évitées, et une économie de 23,5 millions d’euros. L’Assurance maladie mise aussi sur une réduction de 1,5 jour de la durée moyenne de séjour pour les prothèses de genou et de hanche, soit 45 millions d’euros d’économie.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/financement-de-la-sante/article/2017/06/29/l-assurance-maladie-annonce-1-9-milliard-d-euros-d-economie-pour-2018_5153218_1655421.html#KvsJhk6WRJOW3EtE.99