L’industrie pharmaceutique

Le Monde.fr : Lévothyrox : la justice déboute des patients souhaitant obtenir la livraison de l’ancienne formule

il y a 2 mois, par infosecusanté

Lévothyrox : la justice déboute des patients souhaitant obtenir la livraison de l’ancienne formule

Le tribunal de Saint-Gaudens a notamment estimé mardi qu’il y avait une « absence de certificats médicaux » concertant les effets néfastes du médicament. Les patients ont également été déboutés du « préjudice d’anxiété ».

LE MONDE

26.12.2017

Le tribunal de Saint-Gaudens (Haute-Garonne) a débouté, mardi 26 décembre, une quarantaine de patients souhaitant obtenir du laboratoire Merck la livraison de l’ancienne formule de Levothyrox, parce qu’ils souffrent d’effets secondaires dus à la nouvelle formule, a indiqué l’avocat des plaignants, Me Lévy.

Le juge des référés a rejeté la demande avec plusieurs arguments : pour « absence de certificats médicaux » concertant les effets néfastes du médicament, mais aussi pour « existence de substituts » et parce que « seulement 0,6 %, soit 15 600 des 2,6 millions de personnes traitées par Lévothyrox, [sont] concernées par ce problème ».

La demande d’indemnisation pour « préjudice d’angoisse » a également été rejetée par le juge. La décision du tribunal de Saint-Gaudens s’oppose à celle du juge des référés de Toulouse, qui avait condamné le 14 novembre le laboratoire à fournir « par le biais des circuits de distribution et de commercialisation, sans délai » l’ancienne formule, aujourd’hui dénommée Euthyrox, à 25 patients de la Haute-Garonne.

« Logique »

Thierry Hulot, le patron des activités de Merck en France, s’est réjoui auprès de l’Agence France-Presse d’une décision « logique » : le tribunal « a reconnu que, dans ce dossier, il n’y avait ni urgence ni préjudice d’angoisse », et que Merck « a largement fait ce qu’il fallait pour accompagner les patients », a-t-il réagi.

Merck a fait appel de la condamnation toulousaine, laquelle était assortie d’une astreinte de 10 000 euros par jour et par infraction constatée. Maître Lévy a, pour sa part, indiqué qu’il interjetait appel de la décision de Saint-Gaudens.