Emploi, chômage, précarité

Le Monde.fr : Non, « l’immense majorité des SDF » ne choisit pas de « dormir dans la rue

il y a 2 semaines, par infosecusanté

Non, « l’immense majorité des SDF » ne choisit pas de « dormir dans la rue »


Sylvain Maillard, député LREM de Paris, a expliqué, lundi, que certains SDF préféraient ne pas être mis à l’abri même lorsqu’il faisait froid.

LE MONDE 06.02.2018

Par Anne-Aël Durand

Alors que le froid qui touche la région parisienne attire mécaniquement l’attention sur le sort des sans domicile fixe (SDF), les représentants de La République en marche (LREM) semblent mal à l’aise pour évoquer la situation des sans-abri. D’autant que le président Emmanuel Macron avait fixé comme objectif qu’il n’y ait « personne dans les rues, dans les bois d’ici la fin de l’année ».

Interrogé, lundi 5 février, sur RFI, Sylvain Maillard, député LREM de Paris, a défendu le chiffre avancé la semaine dernière par le secrétaire d’Etat à la cohésion des territoires, Julien Denormandie, de « cinquante SDF qui ne se voient pas proposer une solution pour être mis à l’abri chaque jour à Paris, en Ile-de-France » – dont nous avions expliqué qu’il sous-estimait la réalité. Pour justifier son explication, M. Maillard a expliqué que la plupart des SDF refusent d’être mis à l’abri et que pour « l’immense majorité, c’est leur choix ».

Lire aussi : Cinquante SDF dans les rues d’Ile-de-France ? Le chiffre aberrant du secrétaire d’Etat Julien Denormandie

Ce qu’il a dit :

« Il y a plein de raisons pour lesquelles un SDF refuse d’être mis à l’abri : ne pas être en communauté, certains sont dans des situations psychologiques très compliquées, d’autres souhaitent rester en couple, d’autres sont avec des animaux domestiques (…). Le chiffre que l’on a, c’est que cinquante SDF par jour dorment malgré eux dehors dans le froid.

— Les autres, c’est parce qu’ils le veulent ? [interroge le journaliste de RFI, Frédéric Rivière].

— Vous savez, on a énormément de maraudes. Je voudrais saluer tous ceux qui se mobilisent, la protection civile, la Croix-Rouge, des associations en permanence en Ile-de-France pour proposer des solutions alternatives, mais certains d’entre eux ne souhaitent pas…

— Au-delà des cinquante, tous les autres, c’est leur choix de dormir dans la rue ? [relance M. Rivière].

— L’immense majorité, c’est leur choix, oui. »

Pourquoi c’est très exagéré

L’image du vagabond, épris de sa liberté et préférant dormir dans le froid avec ses animaux que perdre sa dignité dans un refuge correspond à une certaine réalité, mais pas à l’« immense majorité » des SDF à Paris. C’est aussi une manière d’occulter les limites de l’hébergement d’urgence.

Interpellé sur Twitter par Ian Brossat, adjoint PCF au logement à la mairie de Paris, Sylvain Maillard s’est défendu : « C’est de la malhonnêteté intellectuelle ce raccourci et mal connaître mon parcours. Evidemment, je ne veux plus personne dans la rue, mais il ne suffit pas d’ouvrir un gymnase pour qu’ils y viennent… et vous le savez très bien ! »
■De nombreux SDF aux profils variés

Rappelons d’abord que, selon la dernière enquête de l’Insee, en 2012, on comptait environ 141 500 personnes sans domicile en France (soit 50 % de plus qu’en 2001) et environ 28 000 en Ile-de-France. Les profils sont très variés : français ou étrangers, hommes seuls, femmes ou mineurs isolés (souvent migrants), voire des familles avec jeunes enfants. Parallèlement, Paris dispose de 10 000 places d’hébergement d’urgence et peut en ouvrir un millier d’autres dans le cadre du plan grand froid.

■Entre une moitié et deux tiers de refus au 115

Selon le « baromètre du 115 », réalisé par la Fédération des acteurs de la solidarité, au niveau national, parmi les personnes qui ont sollicité le service d’hébergement d’urgence durant l’hiver 2016-2017, 48 % n’ont jamais été hébergées. A Paris, 64 % des demandes faites au 115 n’ont pas donné lieu à un hébergement durant l’hiver 2016-2017, contre 57 % l’hiver précédent. En un an, le nombre de familles demandeuses a augmenté de 25 %.

■Une majorité de séjours d’une seule nuit

Toujours selon ce baromètre, l’appel au 115 se traduit très souvent par des offres ponctuelles d’hébergement. Les séjours d’une seule nuit correspondent à 57 % des attributions totales et même à 68 % des attributions dans le cas des hommes seuls. Concrètement, cela oblige la personne sans domicile à appeler toute la journée pour pouvoir obtenir un lit dans la soirée, qu’elle devra quitter le matin suivant, pour rappeler le 115…

■Un « découragement » face au 115

Il existe un nombre difficile à déterminer, mais important, de personnes qui ont renoncé à solliciter des hébergements d’urgence au 115. Une enquête réalisée en mars 2017 montrait que 67 % des SDF rencontrés lors d’une maraude n’avaient pas appelé par « découragement ». Une autre enquête publiée par Médecins du monde en mars 2016, réalisée auprès de 192 personnes, précisait que quatre SDF sur dix ne composaient plus le 115 à cause des difficultés à obtenir une réponse téléphonique (parfois après plus d’une heure), en raison des refus trop fréquents ou d’une mauvaise expérience (dortoirs surchargés, violence).

■Un manque d’information

Cette même enquête de Médecins du monde montrait que, parmi les migrants, qui forment une partie importante des sans-abri, à peine 57 % connaissaient l’existence même du 115, ce qui met en lumière un « public invisible » qui méconnaît des droits. Difficile alors d’affirmer qu’ils font le « choix » de rester à la rue.

Eric Pliez, président du SAMU social, joint par Le Monde, s’est dit « outré » des réflexions de M. Maillard, dignes du « café du commerce » : « L’immense majorité des SDF n’aspire qu’à se mettre au chaud et à avoir un toit. Les grands marginaux très clochardisés, comme les questions liées aux animaux, sont une minorité qu’il faut accompagner. Plus tôt on fait une proposition à quelqu’un, plus c’est facile de le sortir de la rue. »