Politique santé sécu social du gouvernement

Le Monde.fr : Hôpital, EHPAD, CSG, ce qu’il faut retenir de l’interview d’Emmanuel Macron sur TF1

il y a 1 mois, par infosecusanté

Le Monde.fr : Hôpital, EHPAD CSG , ce qu’il faut retenir de l’interview d’Emmanuel Macron sur TF1.

12 avril 2018 ;

Pour l’hôpital, des mesures « cet été »

« Je veux vraiment rendre hommage à tous les personnels soignants, les médecins, les infirmières, les aides-soignantes, celles qui travaillent dans les Ehpad [établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes]. Ils vivent tous la mort au quotidien, nous leur devons quelque chose dans la société », a répondu M. Macron, interrogé sur sa capacité à entendre la détresse du personnel de la santé.

Le chef de l’Etat n’a pas donné beaucoup d’éléments nouveaux à ce sujet, promettant toutefois qu’il ferait « à l’été » des annonces pour mettre « plus de moyens dans l’hôpital ». Pour M. Macron, il ne faut « pas mettre de l’argent sur un système qui n’est plus adapté ».

Le président a rappelé que le gouvernement allait « essayer de mieux organiser les choses », avec notamment la mise en place « de maisons de santé, pour que tout le monde n’aille pas aux urgences, parce que cela coûte plus cher à tout le monde ».
Pendant sa campagne présidentielle, le candidat Macron avait promis de limiter à 50 % la part de financement des hôpitaux à la tarification à l’activité (T2A). La réflexion engagée au ministère de la santé devrait aboutir à la fin de 2019.
Concernant le seul sujet des Ehpad, Emmanuel Macron a reconnu qu’il fallait « une transformation profonde » du système d’accueil des personnes âgées. « On sera au rendez-vous », a-t-il promis.

La hausse de la CSG, un « besoin »

Après un reportage montrant des retraités qui déplorent la baisse de leur pouvoir d’achat, M. Macron a reconnu avoir « demandé un effort aux 60 % de personnes retraitées qui paient la CSG au taux normal ». « Cet effort, je l’ai annoncé en campagne », a rappelé le président de la République, qui va bientôt célébrer sa première année d’élection.

« Je veux expliquer à tous nos retraités : il n’y a pas de souverain mépris, j’ai besoin de vous, je fais appel à vous », a dit M. Macron, qui leur a rappelé que « vous passez dix ou quinze ans de plus à la retraite que vos parents en moyenne ».
Le chef de l’Etat a demandé aux retraités en colère de la « patience ». « Le 1er novembre, vous aurez un tiers de taxe d’habitation en moins. Et elle sera supprimée entièrement dans les trois ans. L’un dans l’autre, sur le pouvoir d’achat, vous allez vous y retrouver. » « Si on ne fait pas cet effort, dans cinq ou dix ans on n’arrivera plus à financer notre système de retraite », a dit le président.