L’hôpital

Le Parisien - Paris : l’unité de néonatologie de Tenon fermée… jusqu’à nouvel ordre

il y a 3 mois, par Info santé sécu social

Trop de départs, d’arrêts maladie, un personnel en flux tendu… c’est le manque chronique de soignants, notamment de pédiatres, et son effet inévitable sur la sécurité des mamans et des nourrissons les plus fragiles, qui aboutit à cette décision radicale : à compter de ce mercredi, l’unité de néonatologie de l’hôpital Tenon (XXe) de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) est à l’arrêt. Une fermeture « temporaire » et limitée à cette unité de néonatologie de 12 berceaux, selon la direction générale, mais dont les syndicats de l’AP-HP craignent ouvertement qu’elle perdure et s’étende à l’ensemble du service, jusqu’à l’unité d’obstétrique de 42 lits. « Cette fermeture brutale va entraîner le déclassement de la maternité », prédisent avec amertume les représentants du syndicat FO de l’hôpital Tenon, qui exigent « le maintien du service et des personnes, ainsi que l’embauche de pédiatres à la hauteur des besoins ». La direction de l’AP-HP évoque plutôt « des projets de mobilité » pour les agents du service concerné.

« Depuis un an, les difficultés de fonctionnement dues notamment à l’effectif médical insuffisant, ont déjà contraint à la fermeture de la moitié du service, rappelle-t-on à la direction de l’AP-HP. Or ces difficultés se sont récemment accrues ». Dès ce 1er février, le service fonctionnera donc en maternité de « type 1 », c’est-à-dire limité à la prise en charge des grossesses sans risques, et aux soins courants des nouveau-nés et de leurs mamans. « Trois lits de surveillance supplémentaires des bébés nés à 36 semaines et d’au moins 2 kg sont maintenus », précise l’AP-HP, qui a d’ores et déjà suspendu les nouvelles admissions et prévoit de s’appuyer sur l’unité de néonatologie et la maternité de l’hôpital Trousseau (XIIe).