Médecins et professionnels de santé

Le Quotidien du médecin - Fillon, un bon candidat pour les médecins ? Les syndicats bienveillants mais en alerte

il y a 5 mois, par Info santé sécu social

Le vainqueur de la primaire à droite et du centre, François Fillon, dont le programme santé est controversé, serait-il un bon candidat pour les médecins ?

Les syndicats de praticiens libéraux et hospitaliers refusent pour l’heure d’afficher un enthousiasme excessif ou une quelconque proximité avec l’ancien Premier ministre. Certains, toutefois, ne manquent pas de souligner des points positifs de son programme à l’heure où la ministre de la Santé accuse l’ex-Premier ministre de vouloir privatiser la santé, ce dont l’intéressé se défend.

« François Fillon est très attentif à la médecine libérale et a tenu des déclarations qui vont dans le bon sens , confie au « Quotidien » le Dr Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF. La suppression du tiers payant généralisé, l’organisation du système de santé autour des praticiens libéraux avec un médecin traitant au cœur du dispositif, ça ne peut que nous faire plaisir ! »

Courage

Le patron de la CSMF observe que François Fillon a « le courage de poser le débat de la réforme du panier de soins » en proposant que la Sécu se concentre sur les maladies graves et chroniques tandis que les mutuelles prendraient en charge le petit risque. « Avec cette proposition, il s’attaque à un vrai problème mais cela n’est pas sans poser la question fondamentale des relations entre les médecins et les assureurs complémentaires », ajoute le Dr Ortiz. Le néphrologue rappelle l’opposition de la profession aux réseaux de soins et son attachement à la liberté du médecin.

Malgré le programme incisif de François Fillon en faveur d’une refonte de la carte hospitalière (et de la fermeture éventuelle de petites structures), le Dr Rachel Bocher, présidente de l’Intersyndicat national des praticiens hospitaliers (INPH), ne veut pas insulter l’avenir. « Gardons-nous de tomber dans la caricature », déclare la syndicaliste, reprenant une formulation du candidat des Républicains. « François Fillon évoque une revalorisation des médecins qui doivent, a-t-il dit, être mieux payés que des plombiers. nous espérons qu’il ne s’adresse pas seulement aux médecins libéraux ! »

De même, la question de la réforme du temps de travail à l’hôpital mérite selon elle d’être précisée. « Combien seront rémunérées les 39 heures de travail par semaine ? Les gens font souvent déjà 39 heures payées 35 heures », ajoute Rachel Bocher.

La question des suppressions de postes dans les hôpitaux est également en suspens. « La fonction publique hospitalière sera-t-elle concernée ? », s’interroge Rachel Bocher, selon qui le programme hospitalier du candidat de la droite doit être précisé.

Lettre ouverte de l’UFML

Après avoir calculé que, sur la santé, la feuille de route de François Fillon retient 15 de ses propositions (dont la suppression du tiers payant généralisé, la liberté d’installation des médecins, la création d’une agence de contrôle des complémentaires santé...), l’Union française pour une médecine libre (UFML) a adressé une lettre ouverte au candidat des Républicains. L’association lui demander de « lever certains doutes sur la question du système solidaire et de la participation des complémentaires à son financement ».

« Nous vous demandons d’apporter des garanties contre tout risque de financiarisation du soin et d’atteinte de la liberté et de l’indépendance des praticiens », écrit l’organisation du Dr Jérôme Marty, qui félicite François Fillon pour sa victoire et demande à le rencontrer !