Le droit à la santé

Le Quotidien du médecin - Hépatite C : le CNS fustige les restrictions et exige les traitements pour tous les patients

Mai 2016, par Info santé sécu social

Damien Coulomb

Le Conseil national du sida et des hépatites virales (CNS) a fustigé les restrictions d’accès aux nouveaux antiviraux à action directe (NAAD) indiqués dans le traitement des infections par le virus de l’hépatite C, dues au « coût excessivement élevé » des molécules. Le CNS estime que la France doit revoir « dès à présent » sa politique et étendre l’offre de traitement antiviral à toutes les personnes infectées par le VHC.

« Sur le plan de la santé individuelle, le bénéfice du traitement est démontré dans la prévention de la survenue de la maladie hépatique et de ses différentes complications, rappelle le CNS, d’un point de vue de santé publique, le traitement efficace de l’infection ouvre la perspective d’une forte réduction, voire d’une éradication de l’épidémie à VHC, en optimisant les stratégies de réduction des risques, de dépistage et de traitement précoces. »

En attendant le 25 mai

Le CNS réaffirme ainsi la position qu’il avait tenue dans un courrier adressé en décembre 2015 à la ministre des Affaires sociales et de la Santé et au ministre des Finances et des Comptes publics. Il relevait que les critères d’autorisation de prise en charge financière des NAAD étaient plus restrictifs que les recommandations établies par les experts. Le Conseil faisait part de sa « préoccupation » face au risque de refus de prise en charge du traitement à une partie des patients, pourtant éligibles sur le plan de l’intérêt thérapeutique. En l’absence de justification thérapeutique, le CNS considère que « cet accès différentiel constitue une discrimination entre patients qui n’est pas acceptable sur le plan éthique », alors que les tests rapides d’orientation diagnostique (TROD) sont déployés en France depuis le début du mois de mai.

Cette communication du CNS intervient à quelques jours de la Journée nationale de lutte contre les hépatites du 25 mai au cours de laquelle des déclarations de la ministre des Affaires sociales et de la Santé Marisol Touraine sont attendues. Les associations espèrent que la ministre annoncera à cette occasion un élargissement de l’ouverture des indications des NAAD à tous les patients, quel que soit leur stade de fibrose.