Amerique du Nord

Le Quotidien du médecin - Victoire de courte durée pour Trump, qui subit un nouveau revers sur l’abrogation de l’Obamacare

il y a 2 semaines, par Info santé sécu social

Marie Foult
|
La victoire fut de courte durée… Alors que mardi soir, le président américain Donald Trump avait réussi à obtenir le vote du Sénat en faveur de l’ouverture d’un débat sur l’abrogation de l’Obamacare avec pour objectif d’adopter un projet dans la semaine, il vient de subir un nouveau revers.

L’accalmie aura été brève pour les républicains, divisés, qui n’arrivent pas à s’entendre sur leur réforme du système de santé. Le Sénat, où ils ont pourtant la majorité, a torpillé leur projet d’abroger purement et simplement l’Obamacare. Par 55 voix, dont sept républicaines, la Chambre haute du Congrès a rejeté ce projet de démantèlement. Celui-ci ne prévoit pas de remplacement de la loi existante, et pourrait laisser des dizaines de millions d’Américains sans couverture santé.

L’approche qui est en train de gagner du terrain chez les républicains est donc celle d’un démantèlement « limité » ou « abrogation réduite » d’Obamacare. Cette option éliminerait l’obligation faite aux particuliers de souscrire à une assurance santé sous peine d’amende et celle pour les entreprises de proposer une couverture à leurs salariés. Elle supprimerait également une taxe sur les fabricants d’équipements médicaux.

Loi identique dans les deux chambres

La majorité ne compte pas faire de ce projet une loi à part entière, mais plutôt de l’utiliser comme base de négociations dans les allers-retours avec la Chambre des représentants, la chambre basse du Congrès, qui a voté en faveur de l’abrogation d’Obamacare en mai dernier.

Cette approche suscite de vives critiques chez les démocrates, qui ont prévenu depuis le début qu’une abrogation d’Obamacare entraînera des coupes importantes dans Medicaid, le programme d’assurance maladie pour les plus pauvres et les handicapés, des baisses d’impôts pour les plus riches, et des primes d’assurance très élevées pour les personnes avec des antécédents médicaux.

Les deux chambres doivent adopter une loi identique pour qu’elle puisse être signée par le président. Mais les profondes divisions au sein du Parti républicain sur cette question font douter de la capacité du Congrès à se mettre d’accord sur une réforme du système de santé américain. Donald Trump a pourtant mis tout son poids pour tenir sa promesse d’en finir avec Obamacare, s’en prenant même aux sénateurs républicains récalcitrants ou à ceux qui ont voté contre la réouverture des débats. En vain, pour l’instant.