L’industrie pharmaceutique

Le généraliste - Homéopathie : pas de preuves scientifiques mais un effet placebo à ne pas négliger, juge l’Académie

il y a 1 semaine, par Info santé sécu social

Discrète jusqu’ici, l’Académie de Médecine s’est finalement exprimée sur l’homéopathie. Une première depuis la publication fin mars d’une tribune signée par 124 professionnels de santé (imités depuis par plusieurs milliers de confrères) dénonçant les « Fake Médecines » et réclamant l’arrêt du remboursement par l’Assurance maladie de certains médicaments homéopathiques.

Dans son cahier science et médecine du 23 mai, qui consacre trois pleines pages à l’homéopathie, Le Monde écrit : « Questionnée sur l’aspect scientifique par le conseil de l’Ordre des médecins, l’Académie nous a indiqué avoir confirmé vendredi 18 mai sa position, qui est la même que celle exprimée en 2004 : il s’agit d’une "méthode imaginée il y a deux siècles à partir d’a priori conceptuels dénués de fondement scientifique" ».

Un groupe de réflexion sur l’homéopathie

Certains ont vu dans cette déclaration un « nouveau tacle » adressé à l’homéopathie par l’institution. Pourtant, la position de l’Académie est moins tranchée qu’il n’y paraît. Le secrétaire perpétuel de l’Académie de Médecine, le Pr Daniel Couturier, a ainsi indiqué mercredi au Généraliste qu’il avait chargé un groupe d’académiciens de réfléchir à la position de l’institution sur ce thème, en raison de la polémique actuelle. Le groupe devrait livrer ses premières indications à la fin de l’été.

En septembre 2017, l’Académie de Médecine avait bien relu le rapport de l’EASAC (Conseil scientifique des Académies des sciences européennes) répétant que l’homéopathie ne reposait pas sur des démonstrations scientifiques. Mais depuis, l’institution ne s’était pas exprimée. Un mutisme de l’Académie de Médecine justifié par le secrétaire perpétuel : « Elle a été assez muette car en dehors de faits très abrupts qu’elle avait formulés en 2004, l’Académie est en réflexion et ne sait pas très bien comment se positionner. »

L’Académie embarrassée

« Le problème de l’homéopathie ne se résume pas à dire "il n’y a pas de preuves scientifiques". C’est plus délicat. Dans la prise en charge d’un malade, il y a tout un aspect psychologique », souligne le Pr Couturier. « Peut-on se passer d’effet placebo ? », interroge-t-il. « Il est possible qu’en pratique médicale on ait besoin d’aider à la prise en charge par des moyens un peu irrationnels… »

« Tout ce que nous disons sur l’absence de fondement scientifique est exact, même si c’est un peu abrupt », précise toutefois Daniel Couturier. Ainsi, le déremboursement de l’homéopathie par l’Assurance maladie serait une mesure « relativement logique » à ses yeux. « Mais on pourrait lui opposer que la caisse rembourse encore des médicaments non homéopathiques et à très faible action », note-t-il.

Et le Pr Couturier de confier son embarras : « Quant à savoir quelle place donner à ce moyen de traitement qu’un certain public apprécie... Ce n’est pas facile de savoir comment traiter cette affaire… ».