Branche maladie de la sécurité sociale

Lequotidiendumedecin.fr Assurance-maladie : inquiets, les Français réclament des réformes, pas des solutions radicales

il y a 3 mois, par infosecusanté

Assurance-maladie : inquiets, les Français réclament des réformes, pas des solutions radicales

Marie Foult

05.12.2016

84 % des Français estiment que le système d’assurance-maladie est bon (89 % pour les sympathisants de gauche, 85 % pour ceux de droite et 68 % pour les proches du FN), selon un sondage Odoxa, réalisé les 1er et 2 décembre*. Et 70 % pensent qu’il est efficace. Signe d’un attachement, la très grande majorité des Français (84 %) jugent également que le système d’assurance-maladie est meilleur en France que dans les autres pays.

Cette haute considération pour le système de santé et d’assurance-maladie hexagonal n’empêche pas leur fort pessimisme. Les Français sont près de 80 % à penser que ce système est aujourd’hui « en danger » et 78 % jugent qu’il suscite de nombreux abus. 62 % des Français déclarent que l’assurance-maladie est mal gérée et 59 % qu’elle est trop coûteuse.

Au final, trois quarts des sondés affichent leur inquiétude concernant la pérennité de notre système d’assurance-maladie actuel. Cette proportion s’élève à 78 % chez les sympathisants de droite et à 80 % pour ceux du FN.

Surtout, 9 Français sur 10 craignent de payer plus cher pour leur santé à l’avenir, à cause de soins plus chers ou moins bien remboursés, et ce qu’ils se disent proches de la gauche, de la droite ou du FN.

Non à l’augmentation de la prise en charge des frais par les mutuelles

Pour éviter de subir cette dégradation du système d’assurance-maladie, le statu quo n’a pas les faveurs de l’opinion. Au contraire, 70 % des Français pensent qu’il est urgent de réformer le système en profondeur. Mais pas question pour autant d’imposer à tout prix des mesures de rigueur. Le retour à l’équilibre financier est jugé prioritaire pour seulement 40 % des Français…

Dans le détail, 58 % des Français sont hostiles à l’augmentation de la prise en charge des frais de santé par les mutuelles, et 89 % se prononcent contre la proposition de François Fillon qui consisterait à concentrer les remboursements de l’assurance-maladie obligatoire sur les maladies graves et les ALD.

Si la nécessité de réformer est forte, « les Français ne sont pas tous d’accord avec les solutions les plus radicales évoquées dans le débat public (...) », met en garde Odoxa. « L’actuel favori des sondages devra donc rassurer à ce propos, y compris ses propres électeurs, s’il ne veut pas que sa belle popularité (...) ne se fracasse sur ce sujet », commente Gaël Sliman, président d’Odoxa.

Les Français plébiscitent en revanche la promotion des soins ambulatoires (pour réduire les dépenses d’hospitalisation), le recours aux génériques et l’incitation des médecins à limiter les arrêts maladie.