Maternités et Hopitaux publics

Lequotidiendumedecin.fr : La FMF veut enterrer la hache de guerre avec l’hôpital public et effacer sa dette

il y a 2 mois, par infosecusanté

La FMF veut enterrer la hache de guerre avec l’hôpital public et effacer sa dette

Christophe Gattuso

| 06.09.2017

La Fédération des médecins de France (FMF) a annoncé ce mercredi avoir adressé une lettre ouverte à la ministre de la Santé pour lui proposer de « mettre fin à la concurrence » entre la médecine de ville et l’hôpital, « délétère pour les Français et leurs finances ».

« Le temps est venu de déposer les armes », assène son président le Dr Jean-Paul Hamon, qui souhaite redéfinir clairement les missions des deux acteurs. « Il faut arrêter d’exiger de l’hôpital public qu’il soit rentable. Prenez une mesure audacieuse, effacez la dette de l’hospitalisation publique, demande carrément le syndicaliste à Agnès Buzyn. Donnez les moyens à l’hôpital de remplir son rôle d’hospitalisation (dans ses murs) et permettez aux libéraux de prendre en charge l’ambulatoire et les soins non programmés. » Le syndicat appelle de ses vœux un « vrai parcours de soins » et une coordination plus étroite entre les libéraux et l’hôpital.

La FMF cite des exemples d’initiatives locales opérationnelles dont pourraient s’inspirer les pouvoirs publics : la plateforme de coordination Entr’Actes mise en place dans l’Essonne, l’HAD libérale de Lorient-Quimperlé pour les sorties précoces d’hôpital, le dispositif de télémédecine Télémédica qui permet d’éviter les hospitalisations en EHPAD ou encore la messagerie sécurisée Apicrypt utilisée par 70 000 médecins et déployable France entière « en six mois pour 20 millions d’euros ». « Ces outils, gérés directement par les professionnels libéraux, permettent de réaliser des économies, d’organiser les soins sur les territoires et de répondre à la problématique des soins non programmés », écrit Jean-Paul Hamon.

Pour un forfait structure de 50 000 euros par médecin

« Nous devons établir une vraie coordination des soins et entrer dans le concret », poursuit le Dr Hamon. La FMF propose de réguler l’accès actuel aux urgences hospitalières (250 euros par passage) et demande que les libéraux disposent de moyens pour concrétiser le virage ambulatoire. « Il faut une valorisation significative des actes de soins non programmés pour les patients qui débarquent dans le cabinet », prévient le Dr Hamon. La convention prévoit à compter du 1er janvier 2018 une majoration de 15 euros pour les spécialistes correspondants qui prendraient en charge les patients en moins de 48 heures après l’adressage par le médecin traitant.

Le syndicat souhaite aussi que la maîtrise de stage soit encouragée et que des forfaits MIGAC (missions d’intérêt général) réservés à l’enseignement puissent être attribués aux libéraux qui accueillent des internes. La FMF réclame surtout un forfait structure digne de ce nom à hauteur de « 50 000 euros par an et par médecin » lorsque celui-ci s’engage à utiliser un fichier sécurisé et à être maître de stage. Une enveloppe bien supérieure à ce qui est prévu dans la convention actuelle.

Dans un autre registre, la FMF ambitionne de créer, avec l’ensemble des syndicats de médecins libéraux, « un service de prise de rendez-vous en ligne sur un site sécurisé qui préserve le secret médical ».