Politique santé sécu social du gouvernement

Lequotidiendumedecin.fr : Nouveaux parcours, nouvelle tarification : « Nous travaillons d’arrache-pied », assure Agnès Buzyn à Orléans

il y a 3 mois, par infosecusanté

Nouveaux parcours, nouvelle tarification : « Nous travaillons d’arrache-pied », assure Agnès Buzyn à Orléans

Elsa Bellanger

18.04.2018

En déplacement ce mercredi à Orléans, la ministre de la santé Agnès Buzyn a confirmé, sur France 3 Loiret, les grands travaux en cours dans le cadre de la stratégie de transformation du système de santé.

Venue rencontrer les agents de l’ARS et participer aux ateliers régionaux sur l’organisation territoriale, la ministre a assuré que ses services et les professionnels de santé étaient « en train de travailler d’arrache-pied pour proposer des organisations innovantes à la fois en proximité et qui garantissent la qualité des soins ».

Parcours coordonné et tarification adaptée

« Notre système de santé tel qu’il est organisé est un peu ancien et ne répond plus aux besoins d’aujourd’hui » avec « une population plus importante, plus âgée, atteinte de maladie chronique », a expliqué la ministre, plaidant pour « une meilleure organisation ». « Il ne faut plus que notre système de santé soit organisé par structure ou financé par structure mais que l’on réfléchisse au parcours d’une personne malade ».

Pour illustrer son propos, Agnès Buzyn a évoqué le cas pratique de mauvaise prise en charge, discuté le matin même en atelier – celui de Jacqueline, 83 ans et une fracture du col du fémur. Au cœur de la réflexion, la manière dont les professionnels cherchent à élaborer « un parcours coordonné et réfléchi pour chaque prise en charge et chaque maladie ».

Selon l’hématologue, les professionnels de santé « sont mûrs » pour cette réflexion autour des parcours et prônent « une meilleure répartition des tâches entre les médecins et les autres professions de santé, notamment les infirmières, mais aussi les pharmaciens pour certains actes comme la vaccination ».

Gabegie

Interrogée sur les moyens alloués à sa politique, la locataire de Ségur a assuré que « des moyens, elle [la santé] en a », mais beaucoup « sont mal répartis ». La ministre a été jusqu’à parler de « gabegie » : « Quand un examen est fait à l’hôpital, il n’est pas partagé avec le médecin de ville ou trop tardivement, et un certain nombre d’examens sont faits deux fois, trois fois. » Selon Agnès Buzyn, « une meilleure organisation, un partage de l’information, une organisation pensée autour du parcours du malade, qui décloisonne aussi le secteur médico-social… Tout cela va permettre une grande amélioration de notre système de santé. »