Politique santé sécu social du gouvernement

Lequotidiendumedecin.fr : Saturation des urgences pendant l’hiver : à son tour, Agnès Buzyn met la pression sur les médecins libéraux

il y a 3 semaines, par infosecusanté

Saturation des urgences pendant l’hiver : à son tour, Agnès Buzyn met la pression sur les médecins libéraux

Cyrille Dupuis

01.12.2017

Semaine difficile pour la médecine libérale. Après le brûlot de la Cour des comptes, suggérant pêle-mêle le conventionnement sélectif, la recertification périodique et l’extension des horaires d’ouverture des cabinets libéraux, c’est Agnès Buzyn elle-même qui vient d’adresser une petite piqûre de rappel à la médecine de ville.

Afin d’« anticiper la période hivernale », souvent synonyme de « situation catastrophique » dans les services d’urgences, la ministre de la Santé avait convié jeudi, avenue de Ségur, tous les acteurs de la santé impliqués – notamment urgentistes, fédérations hospitalières du public et du privé mais aussi les syndicats de médecins libéraux. Objectif : s’assurer de la mobilisation générale des professionnels, mais surtout « voir comment (...) mieux organiser » l’amont et l’aval des services d’urgences. « Il n’y a pas de fatalité (...) à cette situation catastrophique », a-t-elle insisté.

Une mission sur les soins non programmés

Comme la Cour des comptes, la ministre fait le constat que, parmi les 20 millions de passages annuels, nombre de patients se rendent aux urgences à défaut d’avoir pu consulter un généraliste. Elle pointe l’« ouverture insuffisante des cabinets » et le manque de praticiens « sur le territoire ». Il faudra donc s’organiser « avec les médecins libéraux » pour la prise en charge « des soins non programmés », qui feront l’objet d’une mission parlementaire, a-t-elle expliqué.

Annoncée en octobre, cette mission sera lancée dans les tout prochains jours et ses conclusions rendues « dans le courant du printemps », a annoncé Agnès Buzyn, promettant des décisions dès 2018. « J’ai d’ores et déjà indiqué aux différents syndicats de médecins libéraux que nous ne pouvions pas rester dans la situation actuelle », a-t-elle prévenu, alors que la Cour des comptes suggère carrément de conditionner une partie de la rémunération au développement de la permanence des soins en ville.

Meilleure gestion des lits hospitaliers

Autre source d’engorgement des urgences en hiver, le manque de lits pour « hospitaliser les personnes » qui en ont besoin. Pour la ministre, la solution ne passe pas forcément par l’ouverture de places supplémentaires mais par une meilleure gestion des moyens, citant la promotion d’outils d’aide à la gestion des lits.

Dans un communiqué, le ministère annonce un « chantier spécifique lancé sur les conditions de fonctionnement des 644 établissements avec services d’urgence, 104 samu et 466 SMUR, leur maillage, la gradation de l’accueil et de la prise en charge des patients ». « On ne va pas tout régler pour cet hiver », a reconnu Mme Buzyn. Mais « en faisant un petit effort d’organisation, nous pourrions très rapidement avoir des améliorations », a-t-elle assuré.

« Il y a beaucoup de boulot », a assuré de son côté le président de l’Association des médecins urgentistes de France (Amuf), le Dr Patrick Pelloux, saluant la volonté de la ministre de faire « coopérer » tous les acteurs. « On gère un état de crise permanent », a-t-il ajouté.