L’industrie pharmaceutique

Marianne - Mise en examen dans l’affaire du Mediator mais nommée au comité d’éthique de l’Académie de médecine !

il y a 2 semaines, par Info santé sécu social

Malgré sa mise en examen pour trafic d’influence au profit des laboratoires Servier dans le scandale du Mediator, l’ancienne sénatrice UMP de Paris, Marie-Thérèse Hermange, a été confirmée au comité d’éthique de l’Académie de médecine, révèle « Le Figaro » ce mardi 28 février.

La nomination de Marie-Thérèse Hermange parmi les membres du comité d’éthique de l’Académie de médecine, début janvier, avait suscité la colère. Et pour cause. L’ancienne sénatrice UMP de Paris, mise en examen en 2013 dans le cadre d’une enquête pour « trafic d’influence » dans l’affaire du Mediator, est soupçonnée d’avoir servi les intérêts des laboratoires Servier. Selon les informations du Figaro, ce mardi 28 février, l’intéressée a pourtant été « maintenue dans ses fonctions » par ledit comité d’éthique lors d’une réunion qui s’est tenue le 7 février.

« Après un échange ouvert entre les membres et un vote à bulletin secret », le maintien de Marie-Thérèse Hermange a été validé « à l’unanimité, moins une voix. » Pas surprenant. Lorsque le Figaro avait rendu public sa nomination, fin janvier, une « représentante » de l’Académie avait rapidement fustigé la démarche du quotidien. « On est en train de bafouer l’Académie, il y a des tas de gens qui ont été mis en examen et qui ont été innocentés ensuite », avait-elle tenté de justifier.

Les éléments de l’enquête ayant conduit à la mise en examen de Marie-Thérèse Hermange sont toutefois accablants. Alors que le Mediator – cet antidiabétique des laboratoires Servier, régulièrement détourné en coupe-faim – a été retiré de la vente en 2009 en raison de sa dangerosité, notamment du fait de l’augmentation des risques de valvulopathie, Marie-Thérèse Hermange, chargée de rédiger au Sénat un rapport sur le sujet, aurait décidé de faire relire celui-ci à… un proche du laboratoire, le professeur Claude Griscelli. Lequel, selon son propre aveu, a tout fait pour minimiser les responsabilités de l’industriel.

Marie-Thérèse Hermange a « demandé » au professeur Griscelli de venir au Sénat pour « relire » le rapport

C’est du moins ce qu’a confié Claude Griscelli, à l’époque de la rédaction du rapport, au printemps 2011, au bras droit de Servier, Jean-Philippe Seta, placé sur écoute. Marie-Thérèse Hermange lui a « demandé » de venir au Sénat pour « relire » le rapport. Il s’y rend donc un soir de 19h à 21h30.« J’ai regardé des phrases clé qui concernait la responsabilité de Servier (…) Et j’ai fait changer pas mal de choses », explique Claude Griscelli, lors de cette conversation entendue par les enquêteurs. Par exemple, « j’ai beaucoup insisté » pour expliquer que l’étude chiffrant à 500 le nombre de décès liés au médicament « n’était pas scientifiquement valable ».

En revanche Claude Griscelli dit avoir « beaucoup accentué » les reproches visant l’Agence du médicament. « Voilà très bien », lui répond alors Jean-Philippe Seta, d’après la retranscription des écoutes publiée en 2011, toujours dans Le Figaro. En tout, Marie-Thérèse Hermange et Claude Griscelli auront 46 contacts téléphoniques (appels et/ou SMS) selon les chiffres mis en évidence au cours des investigations. Tous deux inculpés, ils attendent le procès au pénal qui ne devrait se tenir qu’en 2019.

Au civil, la responsabilité de l’industriel français dans ce scandale sanitaire, révélé en 2010 a quant a elle d’ores et déjà été reconnue. Saisi par deux victimes, le Tribunal de grande instance de Nanterre a de fait jugé, en octobre 2015, que lorsque le Mediator a été prescrit à ces dernières, en 2003 et en 2006, « l’état des connaissances scientifiques ne permettait pas d’ignorer les risques d’hypertension artérielle pulmonaire et de valvulopathies« …