Luttes et mobilisations

Martinique 1ère - (7 février) Tous les syndicats de la santé sont en grève

17 février, par Info santé sécu social

Par Jean-Claude SAMYDE

Tous les syndicats de la santé sont en grève ce jeudi (4 février) pour dénoncer les mauvaises conditions de travail, le manque d’effectif et de matériel dans les hôpitaux, les cliniques et les centres médicaux. Des perturbations sont envisagées dans ces établissements.

Pour les six syndicats, C.D.M.T, C.G.T.M, C.S.T.M, F.O, S.A.S.M, et U.G.T.M, la politique de santé mise en place en Martinique sous l’autorité de l’État est un échec. le 7 octobre 2015, une déclaration commune a été adressée à Christian Ursulet le directeur général de l’ARS (agence régionale de santé), dénonçant cette politique publique de santé.

Les syndicats demandent à l’ARS, et au gouvernement : l’effacement de la dette des hôpitaux, le paiement des fournisseurs. Ils revendiquent également des budgets adaptés à la situation des hôpitaux pour répondre aux missions de soins à la population. Les syndicats dénoncent également les blocages des salaires, le retard de mise en application des avancements du personnel et la suppression des acquis des hospitaliers

L’ARS estime que la santé se porte bien en Martinique
De son côté, l’ARS parle d’un secteur qui traverse une crise financière sans précédent. 256 millions de déficit cumulé. En cause : "l’embauche effrénée de personnel ces dernières années", plusieurs fois soulignée et mise en avant. Par ailleurs, l’ARS dénonce les blocages à répétition des centres hospitaliers, comme celui de Mangot Vulcin (notamment en 2015) qui aura duré 3 semaines et coûté à l’hôpital : 2 millions d’euros.

Pour tenter d’éponger les dettes du CHU, l’État vient de reconduire l’aide pour l’entretien des équipements et notamment ceux du nouveau plateau technique. Montant : 98 millions d’euros, soit 227 000 euros par jour. Entre temps, une quarantaine de chantiers sont en cours. Selon l’ARS, la Santé Publique ne s’était jamais portée aussi bien en Martinique. En l’espace de 4 ans, plus de 1200 places supplémentaires ont été installées pour les personnes âgées et des personnes en situation de handicap, grâce notamment à l’ouverture des centres de Basse-Pointe et Saint-Pierre.

Il est évident que la lecture de la situation de l’hôpital est bien différente d’un camp à l’autre. La mobilisation de ce jeudi 4 février est prévue pour 24 heures dans tous les établissements de Martinique avec un point de rassemblement à 8h30 à l’hôpital Pierre Zobda Quitman à Fort de France.