Les Ehpad

Mediapart : Ehpad : un petit air de mai 68 souffle sur les maisons de retraite

il y a 3 semaines, par infosecusanté

Ehpad : un petit air de mai 68 souffle sur les maisons de retraite
28 janv. 2018

Par Jean-marc B
Blog : Le blog de Jean-marc B

Le 30 janvier, toutes les fédérations syndicales de salariés appellent à une journée de grève et de manifestations dans les Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Une mobilisation inhabituelle soutenue par les directeurs d’établissement. Le signe d’un ras-le-bol et d’une crise approchant le point de rupture dans les maisons de retraite.

Des résidents lançant une pétition, s’associant à une grève du personnel, ce n’est pas commun. C’est pourtant ce qui est arrivé l’été dernier à Paimbœuf dans les Vosges. Les pensionnaires n’avaient pas eu de douche depuis deux à trois semaines et dénonçaient des conditions de vie inacceptables. À la source de leurs maux : un manque criant de personnel. Cette fronde faisait écho à une autre. Dix jours plus tôt, dans le Jura voisin, prenait fin la lutte médiatisée des salariés de l’Ehpad des Opalines à Foucherans. Dans cette maison de retraite, une dizaine d’aides-soignantes et de salariées se sont mises en grève et le sont restées pendant 117 jours. En cause : les sous-effectifs et l’impossibilité pour les agents de réaliser correctement leur travail.

Une colère et un vent de révolte qui se sont traduits en 2017 par plus d’une centaine de conflits sur près de 7000 Ehpad répartis sur l’ensemble du territoire. Pour celui des Opalines, les grévistes ont obtenu deux postes supplémentaires, une prime de 450 €, ainsi que trois semaines de congés payés en reconnaissance de la pénibilité de leur travail en sous-effectif. Ce conflit emblématique a servi d’électrochoc dans une profession qui souffre depuis des années. Il a même attiré l’attention des parlementaires. La commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale a lancé en plein mois d’août une « mission flash » sur les Ehpad. Son rapport daté du 13 septembre confirme que de nombreuses maisons de retraite sont proches du point de rupture.

Un point d’appui pour les syndicats du secteur. Après une lettre commune au président de la République restée sans réponse à l’automne, ils appellent à une grève nationale dans les Ehpad et le secteur de l’aide à domicile mardi 30 janvier. En plus des syndicats CGT, FO, CFDT, UNSA, CFTC, CGC et SUD, la journée de mobilisation est soutenue par l’association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA) et des organisations de retraités. Des débrayages sont prévus dans les établissements, dont la grande majorité des personnels sont réquisitionnés les jours de grève. Des rassemblements sont prévus dans les départements devant les Agences régionales de santé (ARS), les Conseils départementaux et les préfectures. À Paris, les grévistes se retrouveront devant le ministère de la Santé à 14 h où ils seront reçus, avant une autre rencontre, cette fois, à l’Élysée.

Maltraitance à tous les étages

Le 30 janvier, les personnels en grève des Ehpad réclameront des moyens pour assurer leurs missions auprès des personnes âgées. Depuis des mois, les témoignages des soignants se multiplient sur leurs conditions de travail déplorables et le quotidien des personnes âgées dans les maisons de retraite. Le manque d’effectifs et de moyens, accentué par la réforme tarifaire de 2015 qui ampute les budgets des établissements, atteint un niveau critique cette année avec la suppression de nombreux contrats aidés. Un trou dans les budgets évalué à 200 millions d’euros par les syndicats. Des coupes confirmées par la baisse des dotations du budget de la sécurité sociale adopté dans la loi de finances 2018 du gouvernement.

« Vous avez des salariés qui se retrouvent à deux pour prendre en charge 30 à 40 résidents d’une unité Alzheimer. En plus, il leur est demandé d’endosser la casquette d’infirmier », dénonce Malika Belarbi. La responsable de la CGT santé et action sociale pour les Ehpad décrit « des personnels et des directions complètements démunis avec des objectifs inatteignables ». Le quotidien est fait d’expédients. Ici, le couché des résidents doit s’effectuer en trois minutes. Là, une toilette est expédiée en 7 minutes, lit refait compris. Presque partout, les nuits se déroulent sans présence d’infirmière. Les économies de bout de chandelle sont la règle. La nourriture étant une des premières variables d’ajustement. Pourtant, le prix payé par les personnes âgées s’élève en moyenne à 2500 € dans le public et 3500 € dans le privé. Alors que le montant moyen des pensions de retraite s’élève à 1376 € brut.

« Nous sommes maltraitants malgré nous », admet une aide-soignante travaillant pour un Centre communal d’action sociale. Elle évoque une perte de sens de son travail porté sur le soin et l’attention à l’autre. « Des personnes âgées nous disent souvent qu’on les bouscule, mais nous n’avons pas le temps, d’autres résidents attendent ». Une réalité que les syndicats appelant à la grève soulignent eux aussi en évoquant une maltraitance institutionnelle. Pour eux, les conditions d’exercice de leur profession rendent la vie des agents et des résidents infernale. Un document de l’Assurance maladie pointe lui une fréquence des accidents du travail trois fois supérieure à la moyenne dans ce secteur d’activité.

« Carences managériales » au ministère de la Santé

« Les difficultés persistantes de certains Ehpad publics sont imputables à des carences managériales », annonçait en fin d’année dernière Agnès Buzyn, la ministre de la Santé. Des propos très mal vécus par les directeurs des Ehpad qui ont dit se sentir insultés lors d’une conférence de presse à Paris le jeudi 25 janvier. Mais des propos contredits par la ministre elle-même. Mercredi 24 janvier, Agnès Buzyn a annoncé le déblocage d’une enveloppe de 50 millions d’euros pour les établissements en difficulté.

Cependant,pour les syndicats, le compte n’y est pas. Cela correspondrait à 2500 emplois selon Malika Belarbi de la CGT santé action sociale, qui a fait marcher sa calculatrice. Soit 0,3 agent à temps plein par Ehpad. Pour elle, ces 50 millions sont une stratégie du gouvernement pour freiner lamobilisation. « Ils voient que les personnels n’en peuvent plus et espèrent que les gens vont se dire qu’ils ont lâché un peu d’argent et les ont écoutés ». Mais de leur côté, les syndicats réclament bien plus d’emplois. Luc Delrue, secrétaire fédéral de FO santé, revendique 200 000 postes supplémentaires.

Les organisations de salariés doivent se revoir après le 30 janvier pour un débriefing des rencontres avec le gouvernement. De nouvelles mobilisations pourraient voir le jour dans les Ehpad, mais aussi plus largement dans la santé où la question des budgets et des sous-effectifs suscite de nombreuses luttes.