Luttes et mobilisations

Midi Libre - Les urgences du CHU de Nîmes bientôt en grève

il y a 4 mois, par Info santé sécu social

Les agents vont entamer un mouvement reconductible dès mardi, à l’appel de Force ouvrière.

Illustration d’un ras-le-bol massif des salariés du CHU, les agents des urgences ont décidé de se mettre en grève, mardi 13 décembre, dès 8 heures du matin. "Cela fait six mois qu’on fait des réunions et six mois qu’on n’avance quasiment pas, déplore Alain Soler (FO). 80 % des agents en ont tellement marre qu’ils ont décidé de faire grève".

200 à 220 personnes par jour aux urgences

"Ils se sont même organisés pour se relayer sur un piquet durant pendant 24 heures. Ils comptent en profiter pour évoquer leur situation avec les gens, devant l’entrée de l’hôpital. Et ils n’excluent pas de prolonger le mouvement pendant les fêtes." Les motifs de colère ne manquent pas : "conditions de travail inadaptées, manque de personnel, mauvaise qualité de prise en charge des patients. Cela se ressent d’autant plus que les urgences accueillent 200 à 220 personnes par jour, contre 140 il y a quelques années." Pour ce qui est des revendications, "le personnel demande un aide-soignant et une infirmière en plus, un changement d’organisation pour raccourcir les délais d’attente, et le respect de la vie privée (rappel des agents en repos)."

Cette grève aux urgences serait la première depuis plusieurs années à Nîmes. Elle illustre les tensions au CHU, mais pas seulement. Ce jeudi, les délégués FO de douze établissements de santé du Gard ont rencontré le représentant de l’Agence régionale de santé (ARS), à Nîmes. "Il manque du monde de partout, dans les centres hospitaliers, dans les Ehpad, en psychiatrie, lance Alain Soler. On nous répond que les moyens ont été accrus mais ce n’est pas ce qu’on constate."

La direction se défend

Du côté de la direction, on rappelle que "le CHU a négocié avec l’ARS une progression de sa masse salariale à + 3 % chaque année. Soit + 10,86 % d’équivalents temps plein (ETP) entre 2012 et 2016, ce qui correspond à 440 postes en plus.

Cela permet la mise en place de nouvelles activités mais aussi occasionnellement le renfort d’effectifs dans certains services ; ainsi, les effectifs des urgences ont progressé de +34 ETP en 2013 pour accompagner et anticiper la progression de l’afflux aux urgences. Pour le budget 2017, on prévoit la création de 48 postes en année pleine."