Protection sociale complémentaire

Miroir social - Rapprochements dans la protection sociale : les enjeux commerciaux priment sur les enjeux réglementaires

il y a 2 semaines, par Info santé sécu social

La concurrence exarbée qui s’est développée au fil des ans sur le marché de l’assurance de santé et l’évolution de l’offre et du rôle des complémentaires, avec en toile de fond des contraintes réglementaires toujours plus fortes ont déjà mené de nombreux acteurs du secteur à nouer des partenariats, voire des fusions ou des rapprochements plus ou moins engageants, selon la forme retenue. Récemment encore, nous avons eu l’occasion d’évoquer cette question à plusieurs reprises dans ces colonnes.

Du simple groupement de moyens à la constitution d’entités liées par une véritable solidarité financière et une gouvernance commune plus ou moins forte, ces initiatives diverses mènent progressivement à de sérieuses évolutions du paysage assurantiel mutualiste et des groupes de protection sociale selon le degré d’intégration qui en découle, interrogeant à l’évidence le rôle et le périmètre d’intervention des acteurs.

Pour la seconde année consécutive, le cabinet Deloitte a, de son côté, réalisé une étude sur les mouvements de rapprochements entre organismes d’assurance de personnes en sollicitant plus de 1 220 acteurs du marché.

Le nombre de mutuelles contrôlées par l’ACPR (autorité de contrôle), qui était de plus de 1 200 en 2005, a été pratiquement divisé par 3 aujourd’hui et la tendance ne semble pas prête à s’inverser selon les principaux intéressés...

Ainsi, 84 % des répondants disent avoir connu un ou plusieurs rapprochements depuis 2009, soit 15 points de plus qu’en 2015, c’est dire... Ils considèrent également que leur structure sera amenée à réaliser un ou plusieurs rapprochements au cours des cinq prochaines années.

Par ailleurs interrogés sur la fréquence de ces rapprochements, 52 % estiment qu’ils se poursuivront à un rythme similaire qu’aujourd’hui, 28 % qu’ils vont s’accélérer et 20 % qu’ils vont ralentir.

À noter que les enjeux commerciaux semblent finalement prendre une place prépondérante dans la motivation de ces rapprochements, bien plus désormais que les enjeux réglementaires comme Solvabilité 2.

En effet l’étude fait ressortir que :
84 % des répondants mettent en avant un enjeu commercial (soit +10 points par rapport à l’année précédente) ;
72 % des enjeux de ressources (+9 points) ;
71 % des enjeux de positionnement sur le marché (-2 points) ;
et 61 % des enjeux réglementaires (-4 points).

Enfin, l’étude Deloite fait ressortir que les rapprochements sont d’abord portés par une forte convergence de visions stratégiques mais qui peinent souvent à s’incarner dans une organisation commune. Les principales source de difficultés reposant majoritairement sur des aspects politiques, culturels ou de conduite du changement puis également sur les aspects organisationnels, RH, stratégiques et de développement...

À la question « quelles seront les éléments les plus susceptibles d’influer sur le phénomène de rapprochements ? »,
68 % des répondants considèrent que la mise en place de nouvelles directives européennes, notamment sur les données personnelles de santé, vont influer sur les mouvements de rapprochement (un élément en forte progression) ;
59 % citent la modernisation des outils de communication et le développement de systèmes d’information et de gestion de données coûteux ;
58 % le développement de nouveaux services (notamment sur la prévention et la dépendance) ;
et 55 % la répartition risques lourds/légers entre les régimes obligatoire et complémentaire.

Autant d’éléments à intégrer dans les débats sur ces sujets...