Protection sociale complémentaire

Miroir social - Vers un rapprochement entre Humanis et Malakoff-Médéric

il y a 1 mois, par Info santé sécu social

26 MARS 26 2018

Hier, les conseils d’administration d’Humanis et de Malakoff Médéric ont donné leur feu vert pour le lancement d’une étude d’opportunité en vue d’un rapprochement de leurs activités en retraite complémentaire et en assurance de personnes.

« Il s’agit de conforter les deux groupes sur leurs métiers principaux et de dégager des synergies et des complémentarités permettant d’améliorer l’efficience et la qualité du service et de relever les défis financiers, réglementaires, numériques et concurrentiels qui se présentent », souligne un communiqué commun.

L’objectif est de finaliser « les conditions de succès et confirmer le principe de rapprochement d’ici juin 2018 », avant d’entamer les consultations sociales et réglementaires de rigueur.

Parmi les défis à relever en retraite complémentaire, remplir les exigences d’efficience renforcées (avec 300 millions d’euros d’économies de gestion supplémentaires à réaliser d’ici 2020 pour l’ensemble des GPS) mais aussi faire face à l’entrée en vigueur du régime unifié et à la future réforme annoncée par le gouvernement.

Dans le champ de l’assurance de personnes, les enjeux portent principalement sur une concurrence accrue, la numérisation et un cadre réglementaire de plus en plus contraint.

D’après les chiffres de 2016, Humanis couvre en retraite complémentaire 380 000 entreprises pour 14 milliards d’euros de cotisations et Malakoff Médéric 207 000 entreprises pour 10,8 milliards d’euros.

Sur le plan de l’assurance de personnes, Humanis réalise 2,5 milliards d’euros de chiffre d’affairs et dispose d’un ratio de solvabilité de 198 %. De son côté, Malakoff Médéric totalise 3,8 milliards d’euros de cotisations pour un ratio de solvabilité de 350 %.

Cette annonce intervient dans un contexte un peu compliqué pour Humanis (derniers résultats mitigés en santé, départ de son directeur général Jean-Pierre Menanteau l’été dernier, renforcement des provisions pour risques sur ses engagements en prévoyance en décembre 2017…).

Côté Malakoff-Médéric, ce projet est lancé après l’échec d’un rapprochement avec la Mutuelle Générale en 2016.