Luttes et mobilisations

Ouest France -création d’un comité de défense de la santé à Guingamp

il y a 2 mois, par Info santé sécu social

Le syndicat CGT est à l’initiative de ce comité. Prenant l’exemple de Lannion ou encore Paimpol, un comité de défense santé à l’échelle du pays de Guingamp s’est formé, vendredi soir, à Grâces. En prélude, Thierry Pérennes de l’Union locale CGT interpelle :

« Il faut mener une réflexion, voir loin. Une réflexion concrète et locale. On ne peut pas regarder sans rien faire. Il faut mettre de la lumière là où il y a beaucoup de nuit. » Il ajoute : « On veut une structure souple et réactive pour faire des propositions à la population. On veut, aussi, travailler avec les organisations locales et nationales. » Le comité souhaite mettre en place une pétition papier et en ligne, mais aussi que des conseils municipaux se prononcent et adoptent une motion. Une manifestation qui aurait lieu début avril devant l’Agence régionale de santé (ARS) est évoquée.

Durant plus de deux heures, syndicalistes, professionnels de santé, usagers et élus ont pris la parole pour exprimer leurs inquiétudes. Pour eux, l’hôpital de Guingamp et plus spécifiquement la maternité sont menacés. Ils déplorent également le manque d’offre médicale dans le péri- mètre guingampais. Et, plus spécifiquement, ils pointent du doigt la pénurie de médecins généralistes. Aussi, la situation des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) émeut.

« On compte sur le soutien de la population »

La section CGT du centre hospitalier, préoccupée, « compte sur le soutien de la population à l’hôpital ». Et interpelle : « L’acte le plus militant est de se soigner et d’accoucher à Guingamp ». Elle déplore également le pouvoir de l’ARS « qui change les règles tout le temps. Exemple avec tarification 2 à l’activité et la prise en charge de l’ambulatoire. L’hôpital est à l’os et il n’y a plus rien à grignoter ! » Pour la section syndicale, les groupements hospitaliers de territoire (GHT) sont « une mutualisation déguisée pour des économies drastiques. » La section Sud de l’hôpital les rejoints.

« Pas qu’une question d’argent »

Nadège Le Gall, déléguée CGT du personnel de Asad Argoat (Accompagnement et soins à domicile Argoat), évoque le rythme des aides-soignants. « Nous sommes directement impactés par la fermeture de lits à l’hôpital. Et nous tentons de faire au mieux. Il faut savoir, une aide- soignante avec 20 ans d’ancienneté gagne 1 300 €… »

Félix Leyzour, ex-député, ex-sénateur, ex-conseiller général, maire honoraire de Callac, alerte : « Il ne faut pas opposer les hôpitaux les uns aux autres. » Pour l’ancien élu communiste, il faut prendre en compte « la dimension nationale. Il faut mobiliser pour marquer des points. Les hôpitaux sont une nécessité pour répondre aux besoins de la population. Tout le monde a besoin de services publics de santé. »

Une femme saisit le micro : « Il faut absolument sauver l’hôpital de Guingamp. Et c’est à nous, usagers, de faire le nécessaire. C’est défendre le territoire. » Elle ajoute : « Il faut une résis- tance, ensemble, vis-à-vis de l’ARS. » Une autre usager : « La santé, il ne faut pas en faire qu’une question d’argent. »

Un professionnel de santé, médecin généraliste, s’est également exprimé. « La santé est dans un mauvais état dans le pays de Guingamp. La population de ce pays est en moins bonne santé que dans le reste des Côtes-d’Armor, que dans le reste de la région et, plus générale- ment, de la France. » Pour lui, « ce n’est pas lié qu’à l’offre de soins mais aussi à la situation socio-économique du territoire. On parle de besoins réels de la population. »

Contact provisoire :

comite-defense-sante-guingamp@orange.fr

ou au local de la CGT : 27 rue de la Trinité 22200 Guingamp.

Un comité de défense du service public de santé dans le bassin de Guingamp va être créé. Une réunion était prévue vendredi 23 février, à Grâces, pour la constitution de ce comité.
« Nous sommes tous concernés ! La santé n’est pas une marchandise », clament les syndicats CGT santé du bassin de Guingamp. Ils appellent à la création d’un comité de défense.
Un comité de défense du service public de santé va être créé à l’initiative de la CGT. L’objectif est de donner aux soignants, dans le bassin de Guingamp, les moyens d’exercer leurs tâches principales, à savoir soigner, guérir et assister tous les patients. La réunion pour la création de ce comité est prévue vendredi 23 février. Elle est ouverte à tous. La création de ce comité de défense santé autour de Guingamp est à mettre à l’initiative des syndicats CGT : Union locale de Guingamp, Hôpitaux de Guingamp et de Bégard, service d’aide et de soins à domicile de Guingamp.

Dans un communiqué, ils expliquent leur démarche :

Il y a urgence à donner aux soignants les moyens d’exercer leurs tâches principales, à savoir soigner, guérir, assister tous les patients. Infirmiers, aides soignants, auxiliaires de vie, agents, médecins et cadres de santé dénoncent les dérives de notre système de soin qui génère de la souffrance au travail. C’est notre santé qui est en danger avec un accès aux soins de plus en plus inégalitaire

Les syndicats affirment :

L’hôpital est malade des choix budgétaires pris par les gouvernements successifs soi-disant pour réduire les dépenses publiques notamment au travers de la Sécurité sociale. de 2015 à 2017 les budgets hospitaliers ont supporté 10 milliards de réduction

Ils dénoncent :

Les cadences infernales, les réorganisations du travail, les suppressions de postes, le mana- gement toxique, la précarisation des conditions de travail, la suppression de lits, la restructu- ration, la délégation au privé le plus rentable, la réduction de moyens matériels et humains Les agents de la santé défendent leurs services, leurs emplois, mais leurs actions sont au service de l’intérêt général de la santé de la population.

Prétendre toujours faire mieux avec moins de moyens, ce n’est plus possible aujourd’hui, le système craque de partout : plus de médecine de ville, des places en Ehpad rares et chères, des maternités en sursis, des listes d’attente interminables, de la maltraitance qui se généralise malgré le dévouement des personnels notamment en soins à domicile

Avant de conclure :

Cette situation n’est pas inéluctable, le soutien de la population est essentiel. C’est tous ensemble que nous obtiendrons le maintien des activités indispensables à notre santé, à celle de nos enfants, et des personnes âgées et handicapées Toutes les personnes attachées au service public de santé, les familles, les usagers, les acteurs de soins du bassin de Guingamp, tous les syndicats, les élus, sont invités à cette réunion de création.

Contact provisoire :

comite-defense-sante-guingamp@orange.fr,

comité de défense, 27, rue de la Trinité 22 200 Guingamp.

23 Fév 18