Luttes et mobilisations

Pourquoi Docteur - Bas-Rhin (Alsace) Sélestat : une association se bat pour sauver l’hôpital

28 février, par Info santé sécu social

par Julien Prioux, le 28.022016

Entre 2 000 et 3 000 personnes ont manifesté ce samedi à Sélestat (67) contre la fermeture, sans contreparties jugées suffisantes, du service de réanimation de l’hôpital.

Après Valognes dans la Manche (50) et Bayeux dans le Calvados (14), c’est au tour des Alsaciens de se mobiliser pour la survie d’un de leurs établissements de santé. Il s’agit de l’Hôpital de Sélestat (Bas-Rhin) où le service de Réanimation est menacé de fermeture.

Dans ce contexte, ce sont entre 2 000 et 3 000 personnes qui auraient manifesté samedi dans cette commune. Un pari réussi aux yeux l’association « Je veux un Hôpital à Sélestat » (JVUH) qui remercie les élus et usagers du Centre-Alsace – un bassin de vie de 180 000 personnes – pour leur mobilisation.

Au sein du cortège se mêlaient en effet des personnel de l’hôpital, des élus, des habitants de Sélestat et des environs, mais aussi, des représentants syndicaux (CGT, FDSEA...). Du jamais vu pour les 20 000 Sélestadiens !

Fermeture prévue le 30 avril

Pour comprendre les origines de ce conflit, il faut remonter au 4 février, jour où l’association JVUH, forte aujourd’hui de plus de 10 000 membres, a rencontré la direction de l’Agence Régionale de Santé ACAL (1) à Strasbourg.
Ce jour-là, l’ARS a confirmé aux militants la fermeture du Service de Réanimation de l’Hôpital de Sélestat (10 lits actuellement), en principe le 30 avril.
Suite à cette décision, l’association n’a toutefois pas baissé les bras en lançant une pétition sur le site change.org qui rappelle « l’absolue nécessité » d’ouvrir, simultanément à la fermeture de la Réanimation, une USC (Unité de Surveillance Continue) de 8 lits et une UHCD (Unité d’Hospitalisation de Courte Durée) de 8 lits, « afin de garantir les possibilités d’hospitalisation en urgence de la population de Centre Alsace et ne pas condamner l’hôpital à la fermeture d’autres services à brève échéance ».

La réponse de l’ARS Alsace

L’ARS y oppose une étude qu’elle a demandée auprès d’une société privée. Celle-ci propose la fermeture de près de 20% des lits de l’hôpital en raison de son « activité faible et en baisse ».
Pour cette raison, elle parle, seulement, de transformer les huit lits de réanimation de l’hôpital, jugés « sous-employés », en lits de surveillance continue et d’hospitalisation de courte durée, pour renforcer le positionnement de Sélestat comme « hôpital de proximité ».
Jeudi dernier, elle expliquait à la presse alsacienne que le service de réanimation était en plus confronté à « un problème récurrent de démographie médicale liée au départ de plusieurs praticiens, avec une fragilité accrue à partir de janvier 2016 à la suite du départ de deux réanimateurs supplémentaires ». Les militants de l’association JVUH ont promis de revenir !

(1) Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine