La santé au travail. Les accidents de travail et maladies professionnelles

Pourquoi docteur - Malaise des soignants : le plan Touraine critiqué

il y a 5 mois, par Info santé sécu social

La ministre de la Santé Marisol Touraine veut prendre « soin de ceux qui nous soignent ». Ce lundi matin, elle a présenté une « stratégie nationale » pour améliorer la qualité » de vie au travail des professionnels de santé dans les établissements de santé et médico-sociaux, et mieux détecter « les professionnels en situation de fragilité sur le plan psychosocial ».

« Il est évident qu’il n’y aurait pas eu cette stratégie nationale si le Pr Jean-Louis Megnien ne s’était pas suicidé il y a près d’un à l’hôpital Georges Pompidou (Paris), souligne avec gravité à Pourquoidocteur le Pr Bernard Granger, vice-président de l’Association Jean-Louis Mégnien créée au lendemain du drame. Ce suicide a suscité beaucoup d’émotion et a attiré l’attention sur les questions de maltraitance et de harcèlement au sein de l’hôpital public ». Depuis sa création, l’association a reçu le témoignage de 200 médecins, infirmières, soignants harcelés par leur hiérarchie. Une maltraitance qui ne semble épargner aucun établissement.

Mesurer la qualité de vie

Devant les représentants de la profession, la ministre a d’abord annoncé la mise en place d’un observatoire national de la qualité de vie au travail et des risques psychosociaux des professionnels de santé. Des outils de sensibilisation et des guides pour repérer les premiers signes de faiblesse devraient être diffusés. Un dispositif d’écoute sera également mis en place. En parallèle, 30 millions d’euros sur 3 ans seront consacrés au renforcement des services de santé au travail. « Ces services devront inclure des psychologues, des conseillers en prévention des risques professionnels et des assistants sociaux », a indiqué Marisol Touraine.

Pour intervenir au plus tôt sur les conflits internes et éviter les conséquences du harcèlement, Marisol Touraine propose également de mettre en place un médiateur national en lien avec cet observatoire ainsi qu’ « un vivier régional ». Ceux-ci interviendraient à la demande des établissements ou des professionnels, en cas d’échec de la conciliation par les pairs, et notamment celle assurée par le président de commission médicale d’établissement (CME).

« La médiation est effectivement capitale lorsque quelqu’un se plaint d’être maltraité, qu’il existe des dissensions ou des conflits. Néanmoins, ces missions de médiations existent déjà et elles se déroulent parfois dans des conditions déséquilibrées avec des agents de l’administration, déplore le Pr Granger. Le président de la CME n’est pas du tout la bonne personne car dans la majorité des cas que nous avons rencontrés il prend parti. Les médiations doivent être faites par des intervenants extérieurs ». Pour le vice-président de l’association, il est crucial que ces conciliations soient « claires, transparentes dans le cadre d’une procédure paritaire pour garantir son impartialité ».

Ecoutez...
Bernard Granger, vice-président de l’association Jean-Louis Megnien : « Parfois le président de CME peut être la bonne personne, comme c’est le cas à la CME de Paris où le président est tout à fait remarquable, mais c’est l’exception qui confirme la règle... »

http://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/18753-Malaise-des-soignants-le-plan-Touraine-critique

Pas de calendrier fixé

Pour l’heure, aucun calendrier n’a été fixé par la ministre qui estime qu’il s’agit d’une stratégie à long terme et non pas d’un plan à application immédiate ». Une position qui fait craindre au Pr Granger que ces annonces soient un « rideau de fumée »