Environnement et facteurs dégradant la santé

Pourquoi docteur - Sucre : comment l’industrie a manipulé la recherche

il y a 1 semaine, par Info santé sécu social

par Stéphany Gardier

En matière de lobbies, on peut penser plus rapidement à ceux des armes, du tabac ou de l’alcool qu’à celui du... sucre. Et pourtant ! L’industrie sucrière aurait déployé des moyens tout aussi conséquents que les autres pour interférer avec la recherche scientifique, dès le milieu du 20e siècle. Ce sont les conclusions de chercheurs américains dévoilées dans la revue Prescrire et dont Anne Jeanblanc se fait l’écho dans Le Point.

La tactique des industriels du sucre ressemble en tout point à celle des cigarettiers : faire diversion, voire apporter des résultats scientifiques discordants, la fameuse « fabrique du doute ». C’est, en partie, ce qui a permis aux fabricants de cigarettes de détourner pendant de nombreuses années l’attention des autorités sur les méfaits du tabac.

Les révélations sur les pratiques des fabricants de sucre et de ses produits dérivés se basent sur des documents appartenant à « un professeur de chimie organique de l’université de l’Illinois, qui avait été membre du conseil scientifique du lobby du sucre entre 1959 et 1971 », explique Le Point.

A cette époque, les autorités sanitaires commencent à s’inquiéter de la santé bucco-dentaire des petits Américains. Un vaste plan doit alors être lancé pour lutter contre les caries. Une décision qui ne fait pas les affaires des industriels. Le lobby du sucre va alors faire ses propres propositions d’action, sur la base de « recherches » et d’avis d’experts, dont il est aujourd’hui permis de douter.

Mais à l’époque, le stratagème fonctionne. « En comparant la publication du Programme national sur la carie dentaire de 1971 et le rapport du lobby du sucre de 1969, les auteurs ont constaté que 78 % du plan de recherches soumis par le lobby du sucre avait été incorporé dans le programme », révèle ainsi Prescrire.

L’histoire semble s’oublier facilement, puisqu’en 2013, ce sont les autorités sanitaires françaises qui auraient collaboré d’un peu trop près avec l’industrie du sucre. Après avoir signé un accord avec le lobby sucrier local, le Centre d’étude et de documentation du sucre, elles sont tout de même revenues en arrière. Les dents des petits Français les en remercient !